sansnom2_htm_smartbutton2.gifsansnom2_htm_smartbutton3.gifsansnom2_htm_smartbutton5.gifsansnom2_htm_smartbutton6.gifsansnom2_htm_smartbutton7.gifsansnom2_htm_smartbutton8.gifsansnom2_htm_smartbutton9.gif


    button7.gif   Lettre 10

      Oedipe et "rattachement" (suite de la lettre n°9)

      L'histoire d'Oedipe nous révèle d'abord la force puissante des liens familiaux qu'en ménétique on désigne du nom de "rattachement". Par ce terme on entend les rapports mécaniques, inconscients, autorégulés, unissant les uns aux autres, certains membres d'une même famille.

      Bien que dès sa naissance, les parents d'Oedipe ne veuillent point de cet enfant menaçant leur tranquillité comme leur existence, bien qu'ils fassent le nécessaire pour l'expulser de la famille, de leur vie, de leurs pensées, de leur cœur, en le vouant à un extrême abandon, équivalant à une forme d'extermination familiale, qu'observe-t-on en fin de compte ?

      Certes l'enfant va survivre et même profiter d'une adoption exceptionnellement généreuse et réussie par un couple royal stérile ; en dépit de tout cela, on le voit retrouver fortuitement son père et le tuer sans savoir vraiment qui il est : première retrouvaille ! On le voit revenir dans sa ville natale et, via une épreuve héroïque, retrouver sa mère Jocaste qu'il va épouser : seconde et troisième retrouvailles !

      Que nous sommes loin de l'attachement "bolbyen" du bébé avec sa maman comme des liens personnels, affectifs, sentimentaux qui nous relient les uns aux autres dans un cadre conscient, assumé, réfléchi. Le ’’rattachement’’ est d'un tout autre ordre : c'est un lien sauvage, primitif, régressif, prodigieusement opérant et qui transforme I'individu en une machine oeuvrant, à son insu, pour le compte de la famille.

      Comme s’il avait suivi une sorte de thérapie, Oedipe tente bien de se différencier, de se séparer de sa famille, de mettre de la distance entre elle et lui, ses parents biologiques l'ayant apparemment aidé... de manière paradoxale, étonnante : chacun des pas posés en ce sens par les uns comme par les autres vont le rapprocher, le ramener magnétiquement vers l'origine, sa ville de naissance, ses parents, ce qui nous fait dire que, via le "rattachement", la famille équivaut ici à une sorte de destin fatal. On pourrait intituler l'histoire d'Oedipe "le grand retour !''.

      Comment aménager ce type de lien interhumain si déshumanisé, si terrifiant, en pondérer l'extrême violence, en diminuer le caractère asservissant, sans pour autant provoquer une dissolution de la famille, son effondrement structural ? Nous ne saurions trop recommander le recours à des thérapeutes confirmés, des psychogénéalogistes expérimentés. Bien que notre site ne se veuille point site de transformation de la famille mais plutôt observatoire, nous invitons l’internaute à consulter le dernier livre d'Elisabeth HOROWITZ et Pascale REYNAUD : "Se libérer du temps généalogique" ; sa proposition de convoquer un "Ancêtre guide" pour nous assister dans cette recherche de la bonne distance à la famille d'origine,à ses vivants comme à ses morts, est à ce propos une solution intéressante, méritant examen.


    Dans notre lettre 11 nous traiterons d'Oedipe dans son rapport à la répétition. Elle pourrait même s'intituler: "Oedipe ou la machine à reproduire", c'est-à-dire à perpétrer, à conserver, à maintenir une "forme", des "contenus" familiaux quelqu'en puissent être les coûts. Appartenant à la prestigieuse lignée des "labdacides'' il fera inconsciemment, involontairement, efficacement le nécessaire pour qu'elle demeure ce qu'elle était dans sa dramaturgie, honorant ainsi ses ancêtres.

    Le ménéticien (alias Elie Sorlin)     


[Découvrir] [Actualités] [Courrier] [Glossaire] [Bibliographie] [Liens] [Contact]

aniwhite02_back.gif   Page d'accueil

 www.menetic-site.net - contact@menetic-site.net

Début de page   aniwhite02_up.gif