sansnom2_htm_smartbutton2.gifsansnom2_htm_smartbutton3.gifsansnom2_htm_smartbutton5.gifsansnom2_htm_smartbutton6.gifsansnom2_htm_smartbutton7.gifsansnom2_htm_smartbutton8.gifsansnom2_htm_smartbutton9.gif


        button7.gif   Lettre 113 : Temporalité, ménétique, synchronicités


    Certains exemples de synchronicité que propose Jung dans son livre sur la question ne sont pas très convaincants. Parmi ces derniers il y a le cas du poisson. Un certain premier avril 1949 qui tombe, semble-t-il, un vendredi il se trouve manger du poisson tandis que dans la même période il se focalise sur la symbolique du poisson ; le soir même une ancienne patiente lui amène des images de poissons remarquables tandis qu’une de ses connaissances lui montre une broderie représentant un poisson et qu’une patiente qu’il suit lui propose un rêve stimulant de poisson. Dans la même période, en se promenant en bord de lac, il tombe sur un poisson mort posé sur un muret. Cette constellation de rencontres rapprochées sous le signe du poisson ne fait selon nous que témoigner de la puissance fédératrice et transférentielle ou contretransférentielle de Jung, cette puissance même qui subjugua Freud au point que ce dernier rêva de faire de ce dernier son héritier. Cet exemple néanmoins ne nous dit rien de bien intéressant sur les véritables synchronicités dont Jung fût pourtant l’un des explorateurs pionniers.

    Celles-ci concernent avant tout la temporalité et relèvent de l’anticipation, de la clairvoyance, de la prémonition, de l’extra-lucidité ou de la métagnomie comme on voudra : elles devancent le futur en l’annonçant et posèrent à Jung comme à son ami le Nobel physicien W. Pauli un redoutable problème qu’ils ne parvinrent point à élucider malgré leur esprit pénétrant. La parapsychologie savante anglo-saxonne dans les décennies 1920 - 1980 parvint à objectiver le phénomène au point que R.H. Thouless, philosophe de Cambridge (on lui doit le mot « psi », faculté « psi » pour faculté de perception extra-sensorielle) écrivait dès 1942 qu’il fallait cesser de s’acharner à vouloir obsessionnellement en prouver la réalité statistiquement assurée à de très haut niveau de significativité pour se consacrer plutôt désormais à réfléchir à ce que ça impliquait. Ces recherches tendaient à montrer que la prémonition était plus commune que la télépathie et donc l’anticipation.

    Ainsi sommes-nous invités à développer un modèle de rapport de l’homme au temps qui soit capable d’intégrer les synchronicités jungiennes autant que ménétiques avec ce qu’elles impliquent en matière de transgression de notre logique familière si nous voulons un tant soit peu progresser dans notre compréhension du temps proprement généalogique, temps méconnu dont nous avons cherché à rendre compte comme nous pouvions dans www.menetic-site.net.

    Si l’on commence par se tourner vers le philosophie pour en trouver une  qui soit susceptible de nous venir en aide, on tombe d’emblée sur celle d’ Heidegger dont on connait l’œuvre majeure sur le temps dans son rapport à l’être (1).

    C’est en lettre 115 que nous entreprendrons de nous confronter à certains aspects de ce travail monumental pour y enraciner à l’essai notre modèle cherchant à rendre compte de cet étrange rapport de l’homme comme de la généalogie à l’avenir, au futur, les synchronicités dont nous entendons traiter ici comportant un versant indéniablement métagnomique.                               

    (1) Sein und Zeit

                  Le ménéticien (alias Elie Sorlin)   


      Ce texte vous a interpellé, vous souhaitez de plus amples informations, laissez un message cliquer ici.     


[Découvrir] [Actualités] [Courrier] [Glossaire] [Bibliographie] [Liens] [Contact]

aniwhite02_back.gif   Page d'accueil

 www.menetic-site.net - contact@menetic-site.net

Début de page   aniwhite02_up.gif