sansnom2_htm_smartbutton2.gifsansnom2_htm_smartbutton3.gifsansnom2_htm_smartbutton5.gifsansnom2_htm_smartbutton6.gifsansnom2_htm_smartbutton7.gifsansnom2_htm_smartbutton8.gifsansnom2_htm_smartbutton9.gif


      button7.gif   Lettre 125 : Sous le choc du Temps Généalogique


    Nous voici en mars 2014 et douze ans déjà que chaque mois nous écrivons une petite lettre de deux ou trois feuillets légers sur tel ou tel facette de ce mystérieux temps humain que nous avons appelé « temps généalogique » ou encore « temps ménétique ». Pourquoi cette dernière appellation bizarre ? Dans le temps normal, celui de Monsieur ou de Madame Toutlemonde, on à besoin d’unités pour le compter comme les heures, les minutes ou les secondes. Elles nous sont utiles dans la vie courante. Nous avons donc dû nous aussi en trouver ou du moins en fabriquer. Ayant appelé « mènes » nos petits morceaux de temps généalogique, il allait dès lors presque de soi d’étiqueter ce temps familial auquel nous nous intéressions : « temps ménétique ».

    Comme c’est un temps encore assez mystérieux même pour les spécialistes de la vie des familles ou pour les généalogistes ne s’y intéressant aucunement, nous n’avons cessé d’user de petits « trucs » tout au long de ces 124 dernières lettres pour faciliter au lecteur occasionnel le repérage de ce fameux temps, habituellement peu visible. Ainsi dans mon quotidien régional n° 1473 du 12 février 2014 j’aperçois en tête de première page : « La jeune fille devait fêter ses 18 ans aujourd’hui » ; puis, plus loin, en page 6 : « Le village est sous le choc », un petit village de 60 âmes, perdu en pleine nature où l’on se sent plutôt proche les uns des autres. On y apprend qu’elle était pleine de charme, très proche de son père, grand chasseur devant l’éternel, et qu’on lui préparait une belle fête anniversaire. Elle accompagnait au bus l’un de ses neveux quand elle fût fauchée de manière totalement improbable en cet endroit assez retiré. Inutile de vous dire la consternation et l’effondrement absolu des parents auxquels se porte toute notre compassion, sachant le désastre personnel que produit ce genre de drame dont on ne peut pas se remettre très facilement (1).

    Et bien le temps généalogique c’est un peu ça en ce sens que ce terrible évènement si récent, si bouleversant, survenu par hasard et donc de façon totalement imprévisible n’est pourtant pas arrivé n’importe quand ; dit autrement, certes pas l’ombre d’un déterminisme quelconque, mais néanmoins on observe sa liaison manifeste avec une date anniversaire.

    Cela signifie qu’on peut ici attacher le hasard au non hasard, qu’on peut coupler les deux avec une sorte de cordelette et les faire tenir ensemble puisque personne n’est autorisé dans ce cas à dire qu’elle n’allait pas fêter son anniversaire. Ce dernier colle à l’accident de manière impossible à délier. Les Frères Bogdanov, ces sortes « d’extra-terrestres » que le grand public connaît bien viennent justement de sortir un livre (2) sur cette étrange liaison, cette association sulfureuse invraisemblable, autrefois impensable mais qu’on commence à mathématiquement accepter.  On sait que ces deux savants furent parmi les premiers à proposer de commencer à mathématiquement s’attaquer à … l’avant Bing Bang avec ce qu’on appelle « l’équation Bogdanov » et donc à penser l’impensable (3)!

    Leur idée est que plus on remonte dans le temps plus on devrait pouvoir tomber sur une mathématique des mathématiques, une super équation dont ils ont proposé un exemple, en faisant appel, eux-aussi à un temps entièrement nouveau, le temps imaginaire .

    Et bien pour le temps généalogique il en est un peu de même ; il semble régi par des lois que nous ignorons encore mais selon lesquelles le hasard se trouve intriqué, mêlé au non hasard. Et pour en revenir à cette jeune fille qui vient si précocement de nous quitter, sa disparition rentre dans ce que les psychogénéalogistes appellent une « coïncidence mort naissance » ou encore le « syndrome anniversaire » qui fût découvert dans les années 1935 par une psychologue américaine, puis personnellement redécouvert dans les années 75 par l’auteure bien connue  de  Aïe, mes aïeux ! Madame Anne Ancelin Schützenberger (4). L’art comme d’habitude accompagne (et précède même bien souvent) ce genre de découverte : il suffit  d’aller voir du côté de Sonate d’Automne du grand cinéaste Ingmar Bergman pour tomber sur ce genre de « coïncidence anniversaire » alimentant la rubrique de tous les faits divers mondiaux.

    Dans la famille, dans sa généalogie comme dans tout le reste de l’univers, dans l’art comme dans la réalité la plus ordinaire et la plus banale le hasard est traversé par un ordre du temps mystérieux. Cette lettre 125 a cherché bien modestement, à sa manière artisanale, à vous le faire pressentir. www.menetic-site.net a été créé pour cela en usant des coïncidences comme moyens faciles, à portée de main, permettant de l’appréhender et de le penser un peu.

                                                          

    Bibliographie ou documentation

    (1) www.lettresdemonfils.com: nous ne saurions trop recommander la consultation de ce site d’accès et de lecture très aisée (format pdf par exemple et accès gratuit de son livre). Il a été réalisé par une jeune mère de famille 100% normale et comme on les aime dans notre pays, une certaine Nicole, pas mystique pour deux sous et dotée d’un bon sens et d’un humour ravageurs! Elle perd dramatiquement en 2004 son très jeune, super sympathique et beau garçon Nicolas (On en a des photos magnifiques) avec lequel elle venait de s’associer pour ouvrir un petit hôtel touristique. Nicolas lui dit qu’il va réparer le congélateur en panne depuis le matin. Tandis qu’elle est au jardin il y va ; elle entend un cri déchirant. Elle accourt : Nicolas, moins de vingt ans, venait de s’effondrer foudroyé, électrocuté. Le ciel lui tombe alors littéralement sur la tête. Surtout qu’on ne lui parle pas d’au-delà et de tout ce qui va avec ce type de sornettes ! Elle dit alors comment, au risque assumé d’être prise pour une folle,  elle va parvenir à échanger pendant des mois avec Nicolas qui lui raconte, simplement, sans fioritures, sa nouvelle vie de jeune homme, de l’autre côté du miroir. Emouvant témoignage humain, simple et transparent tel une eau de roche.

    (2) La fin du hasard, publié chez Grasset.

    (3) L’équation Bogdanov, Le secret de l’origine de l’Univers ? du Pr Lubos Motl, Presses de la Renaissance, Paris, 2008. L’auteur et son préfacier Clovis de Matos sont deux physiciens théoriques de stature internationale condamnant sans appel la cabale montée par une poignée d’intellectuels   incompétents cherchant à accréditer dans le public l’idée que les travaux des Bogdanov ne sont qu’un canular produit par deux hurluberlus, deux amuseurs. Le gratin mondial des mathématiciens et des théoriciens de la physique ne partage pas cet avis, se désolidarisant de ce type d’exécution propre à certains médias. Sur les Bogdanov Wikipedia, par ailleurs bien souvent remarquable, nous fournit ici un bel exemple de la subversion en ligne: l’article qui les concerne a manifestement été rédigé par l’un des membres de la poignée d’intellectuels dont nous parlions plus haut pour lequel les frères Bogdanov sont des animateurs du petit écran, des people ; il y est en outre fort habilement suggéré  que ce sont des falsificateurs à peu près sur tous les plans, humain, télévisuel, familial et scientifique ! Wikipedia ne connaît que le rapport de force à chaque moment du temps et non le rapport de connaissance. Ainsi Wikipedia prendra-t-il assez souvent dans une controverse le parti de ceux qui crient le plus fort ; son système de régulation  interne  mentionnera les autres mais discrètement, sans en traiter, donnant la voix aux premiers, ne la donnant point aux autres. Quand se calme la polémique sur un sujet, Wikipedia redevient peu à peu honnête au plan cognitif, s’approchant alors des standards encyclopédiques.

    (4) Aïe, mes aïeux !, déjà cité. Le lecteur y retrouvera aisément ce qu’elle raconte de sa découverte du « syndrome d’anniversaire », en fait une redécouverte puisqu’une américaine en avait déjà la primeur !

    Le ménéticien (alias Elie Sorlin)   


      Ce texte vous a interpellé, vous souhaitez de plus amples informations, laissez un message cliquer ici.     


[Découvrir] [Actualités] [Courrier] [Glossaire] [Bibliographie] [Liens] [Contact]

aniwhite02_back.gif   Page d'accueil

 www.menetic-site.net - contact@menetic-site.net

Début de page   aniwhite02_up.gif