sansnom2_htm_smartbutton2.gifsansnom2_htm_smartbutton3.gifsansnom2_htm_smartbutton5.gifsansnom2_htm_smartbutton6.gifsansnom2_htm_smartbutton7.gifsansnom2_htm_smartbutton8.gifsansnom2_htm_smartbutton9.gif


    button7.gif   Lettre 13

      Psychogénéalogie et "ménétique"

      Pour le ménéticien, la psychogénéalogie se confond avec la ‘’psychologie transgénérationnelle’’ dernière venue dans les sciences humaines. Elle prend donc place aux côtés d'autres psychologies comme :

        * La psychologie clinique ;

        * La psychologie de l'enfant et de l'adolescent ;

        * La psychologie du travail ;

        * La psychologie projective ;

        * La psychologie transpersonnelle etc...

      C'est dire qu'on ne saurait la confondre avec une thérapie quelconque s'il faut reconnaître que les pionniers ont eu tendance à le faire (En effet la majorité des sites de psychogénéalogie sur le net se définissent d'abord comme des sites proposant des thérapies de changement). Cette attitude est tout simplement liée à une ‘’filiation’’ : la psychogénéalogie provient des thérapies familiales dites ''systémiques’’ dont elle s'est progressivement et de plus en plus différenciée. Ces thérapies familiales proviennent elles-mêmes d'une culture américaine érigeant le ‘’pragmatisme’’ en suprême vertu.

      ‘’menetic-site.net’’ enfonce le clou, progresse en différenciation, accroît ses singularités par rapport à ‘’l'origine’’ : le ménéticien n’est pas un thérapeute systémicien familialiste cherchant à travailler sur la famille à l'américaine, à la Bateson, bien qu'il voue à ce grand ancêtre, reconnaissance et admiration !

      Il considère que cette nouvelle psychologie, que cette dernière venue, cette parvenue, cette intruse, a pour mission de s'intéresser préférentiellement à trois champs qui sont :

        1 -  des faits ou des phénomènes nouveaux autrefois occultés, méconnus, disqualifiés, incompris, dénués de sens ou tout simplement mis sur le compte du plus grand des hasards : les coïncidences, les répétitions, les synchronicités intrafamiliales ou transgénérationnelles par exemple. Les psychogénéalogistes vont enfin oser les regarder en face, leur accorder de l'attention, de la considération, les honorer sans pour autant se laisser fasciner par eux. Ils vont même les collecter tels des entomologistes d'un nouveau genre, les classer, les comparer, chercher à les comprendre comme à leur conférer du sens. Ces faits nouveaux étaient auparavant abandonnés par les sciences humaines. Dès lors, les sciences divinatoires, occultes, l'astrologie, la numérologie s'en emparèrent. La psychogénéalogie arrache ces phénomènes à l'emprise excessive des sciences divinatoires pour les aborder autrement et de manière complémentaire, parfois contradictoire. Voilà pour le premier objectif de la psychogénéalogie redéfinie par le ménéticien.

        2 - Des théories nouvelles vont voir le jour pour tenter d'expliquer ces faits nouveaux, ces phénomènes anciens autrement abordés, regardés.  Ces théories n'ont pas fonction de vérité ; leur rôle est de donner à penser, à regarder, à comprendre autrement ces faits. Au lieu de les relier au mouvement des astres dans le ciel, elles vont essayer de les articuler aux mouvements intrafamiliaux de vie et de mort, aux manières dont les constellations familiales naissent, vivent et meurent. Parmi ces nouvelles théories, certaines seront plus descriptives, plus ‘’cartographiques’’ et d'autres auront une visée plus explicative etc... Voila pour le second chantier de cette nouvelle psychologie empruntant maints concepts à des champs ou disciplines éprouvées telle la psychanalyse, la psychologie clinique etc... mais ne se confondant point pour autant avec eux.

        3 - Enfin, mais enfin seulement, en toute dernière position viennent les pratiques d'intervention, les psychothérapies cherchant à changer quelque chose dans les relations qu'entretiennent les individus avec leur arbre généalogique par exemple.

      Cela ne signifie point que pour chaque psychogénéalogiste, il en soit ainsi dans cet underground qu'est la famille aujourd'hui. Certains privilégieront le point n° 3 parce que ça leur plait, c'est dans leurs cordes ! Et c'est bien ainsi. Il n'en demeure pas moins que pour le psychogénéalogiste ‘’ménéticien’’ la psychologie transgénérationnelle s'intéresse aujourd'hui à ces trois grands chantiers ou centres d'intérêts impliquant des méthodes, des outils en voie de constitution, des pratiques, des concepts, une épistémologie, une déontologie en gestation.

      Maintenant, cher internaute, abordons ce qui fait actuellement la spécificité de la ‘’ménétique’’ : sa théorie. Osons déclarer – sauf erreur de notre part - que la psychogénéalogie n'en a point encore, ne s'est pas doté de théorie. C'est tout à fait compréhensible qu'il en soit ainsi dans les nouvelles disciplines. Maintes psychologies ne disposent point encore de théorie capable d'embrasser les faits recueillis comme de les expliquer. La psychanalyse dispose d'une théorie grandiose et même géniale. La psychogénéalogie n'a rien, de ce point de vue. Et c'est là qu'intervient le ménéticien pour oser proposer une théorie de ‘’première génération’’, théorie ouverte, susceptible d'être validée ou infirmée, théorie capable d'accueillir le nouveau matériel collecté par lespsychogénéalogistes.

      Au risque de décontenancer l'internaute occasionnel, la théorie ménétique fût d'abord une théorie du temps généalogique dont elle prétend qu'il a fonction auto-organisatrice : il contribue par exemple au choix du conjoint ; en d'autres termes la théorie ménétique prétend depuis plus de quinze ans (1) (2) déjà que le choix amoureux se porte sur des personnes temporellement marquées, généalogiquement paramétrées. On les sélectionne en fonction de caractéristiques chrono-généalogiques et ce inconsciemment, efficacement, "automatiquement’’. Notre cerveau en cela fonctionnerait comme une tête chercheuse de fusée, un servo-mécanisme de guidage visant à orienter le mouvement de notre cœur vers une personne, des personnes élues en fonction de critères, d'indices, de signaux ou de marques temporelles secrètes, cachées, voilées pudiquement pour ne point nous effaroucher ! Ce qui revient à dire que, de ce point de vue cybernétique de la tête de fusée, tout ce travail équivaut à ce que faisaient autrefois les conseils de familles lorsqu'ils se réunissaient pour arranger les mariages, ou les affaires de famille.

      Cela revient encore à prétendre que le ‘’temps ménétique’’ informe puissamment le choix amoureux, le choix du conjoint, à l'insu des protagonistes, pour agir plus efficacement, sans contestation possible !

      Ce temps généalogique si original que nous appelons pour cette raison ‘’temps ménétique’’ préside encore au choix du moment le plus convenable ou le plus approprié pour avoir ses enfants ; il préside donc à la mesure des écarts entre la naissance des enfants au sein d'une famille donnée.

      Il préside enfin au moment le plus convenable pour mourir et donc pour tout le reste qui fait la destinée de tout un chacun : c'est ce que la théorie ménétique dite restreinte au temps généalogique appelle ‘’mort ménétiquement régulière’’ ; cela veut dire que la personne en mourant obéit sans le savoir à des règles temporelles du moment le plus approprié pour décéder, que cette mort soit le fait d'un accident, d'un suicide, d'une maladie chronique ou de tout autre cause (guerre etc...).

      Cela ne signifie aucunement que disparaisse le hasard. Ainsi tel individu peut être tué d'une balle perdue dans une grande bataille de la Marne lors du 1er conflit mondial ; mais il peut tout autant tomber frappé "régulièrement’’ si le moment auquel il meurt et l'âge à ce décès obéit à la grammaire ménétique, à cette logique cachée que nous avons depuis plus de vingt ans commencé à identifier, fragments ou séquences par séquences, algorithmes par algorithmes.

      La théorie ménétique aboutit à la proposition suivante : le temps généalogique dans les sociétés postmodernes contribue à l'auto-organisation des familles, des espaces-temps familiaux à la manière dont les règles traditionnelles, ancestrales organisaient ou organisent les familles régies par les coutumes, les traditions, les religions, les mythes, les folklores etc... Elle établit une équivalence entre ce type de temps si particulier et les règles ancestrales qu'on voit à l’œuvre dans toutes les tribus ou sociétés élémentaires, primitives ou plus simplement traditionnelles étudiées si méticuleusement par 150 années d'anthropologie ou d'ethnologie savante.

      Ce point de vue inédit, nouveau, alternatif se démarque de la pensée dominante selon laquelle le temps familial, généalogique, le temps de vie et de mort des individus n'aurait pas de logique, de syntaxe ni de fonction proprement organisatrice de la famille postmoderne ; il se démarque également du point de vue levistraussien selon lequel les sociétés familiales modernes ne donneraient point à voir d'ordre équivalent à celui qu'on observe avec l'étonnement du voyageur dans les sociétés dites ‘’élémentaires’’ où les individus calent, règlent la totalité de leurs décisions en fonction des impératifs de la structure familiale, clanique ou de parenté.

      A y bien regarder, la théorie ménétique jette finalement un pont entre le nord et le sud, entre toutes les cultures ou sociétés familiales en affirmant haut et fort qu'il n'y a pas de différence fondamentale entre un indien des plaines, un iatmul, un bassundi, un batéké, un wikmunkan et un français moyen ou un américain qui en est à sa six ou septième union : tous obéissent à une même logique secrète, cachée, taboutisée dans le cas du moderne et amplement divulguée, dévoilée, exposée dans le cas de l’homme appartenant à l'une des dernières tribus du globe ! Le second obéit à des règles connues comme le premier à des régulations sur lesquelles tombent les psychogénéalogistes. "menetic-site.net" a été créé pour accréditer cette idée et pour commencer à la valider en exposant à sa manière les automatismes du temps dont les coïncidences ne sont que l'émergence furtive, épisodique et les régulations dans lesquelles nous sommes pris.

      Dans tous les cas, la famille choisit pour nous un destin. Nous le savons pour les autres ; nous l'ignorions en ce qui nous concerne considérant que çà ne pouvait être que le cas de quelques individus, pris dans les mailles de la névrose ou de dépendances pathologiques. La théorie ménétique tend à montrer qu'il n'en est rien et que tout homme ne peut se passer de contribuer à l'édification de sa famille qui le requiert à cette tâche incontournable.

      Ceci étant posé tel un socle sans lequel s'effondrerait l'organisation familiale conçue, modélisée en termes de ‘’structure dynamique’’ ou ‘’d'invariant cybernétique’’, nous ne pensons point cependant que l'homme soit prisonnier de ce destin. Il peut croître en degré de liberté ; mais cela ne saurait aller de soi. Pour s'affranchir des automatismes du temps ou se libérer de l’effet parenté ou de régulations analogues, on ne peut compter sur l'inertie du système, de la ‘’nature’’ ; un travail reste à faire. La théorisation va permettre une mise en mots, une mise au grand jour de ce qui se trame dans l'ombre de la structure. Elle va contribuer à la socialisation, à l'humanisation des régulations sauvages ou primitives. Elle ne va point autoriser l'anthropologue à se considérer tout autre que l'homme primitif dont il étudie depuis des décennies dans le cadre de son ‘’C.N.R.S.’’ l'organisation de son système de parenté ou le régime de ses alliances de mariage !

      Enfin, l'imagination créatrice des psychogénéalogistes tente jour après jour d'inventer des manières de rendre à cet homme prisonnier, un peu de la liberté dont il rêve, en inventant de nouvelles thérapies pour l'arracher à l'excessive emprise de l'arbre, des ancêtres, des fantômes, des innombrables traumas dont il émerge comme d'une crypte d'argile.


      Dans notre prochaine lettre No14 nous traiterons la double personnalité de l'homme moderne.

    Le ménéticien (alias Elie Sorlin)     


[Découvrir] [Actualités] [Courrier] [Glossaire] [Bibliographie] [Liens] [Contact]

aniwhite02_back.gif   Page d'accueil

 www.menetic-site.net - contact@menetic-site.net

Début de page   aniwhite02_up.gif