sansnom2_htm_smartbutton2.gifsansnom2_htm_smartbutton3.gifsansnom2_htm_smartbutton5.gifsansnom2_htm_smartbutton6.gifsansnom2_htm_smartbutton7.gifsansnom2_htm_smartbutton8.gifsansnom2_htm_smartbutton9.gif


        button7.gif   Vers un nouvel eldorado de coïncidences !


    Résumé

      Pendant douze ans (de 2002 à 2014) www.menetic-site.net s’est intéressé à un premier temps imaginaire, le temps généalogique ou temps G, via deux sortes de coïncidences. Il va désormais se pencher sur un second temps imaginaire, « le temps H » ou temps auquel on accède normalement « sous H », c’est-à-dire sous hypnose et via régression. Des coïncidences spécifiques vont ici encore nous aider à l’explorer : les « coïncidences H » ne pouvant être obtenues que « sous H ». Tout comme le temps généalogique débordant l’individu qu’il retient tel un poisson dans la trame des mailles de son grand filet, le temps H le déborde lui aussi puisque c’est le temps d’avant même sa procréation, antérieur à sa venue à l’existence. C’est donc un temps « préindividuel » qui précède non seulement l’individualisation, mais aussi l’individuation proprement dite. Il s’agit d’une temporalité anthropo-cosmique ou cosmo-anthropique en principe constamment évolutive d’où jaillit l’individu comme d’une sorte de source de vie. Méconnue comme telle, www.menetic-site.net va s’attacher dans les prochaines lettres à la dégager pour mieux l’isoler, l’étudier puis, si c’est possible, finir par la mettre en relation avec le temps G.


    La lettre 130 vous annonçait, chers internautes, un changement dans le contenu du présent site, historiquement centré sur deux types de coïncidences intra généalogiques et familiales : relire à ce sujet le « Frontispice » de www.menetic-site.net.

    Nous allions désormais nous intéresser préférentiellement à une  troisième espèce de coïncidences, non plus généalogique ou familiale, mais concernant avant tout l’individu, la personne, le sujet en tant qu’il était lui-même et non point  comme avant membre d’un groupe familial auquel il se trouvait assujetti et qui semblait le « mener » (d’où « mènes »,  menetic  ou ménétique ) parfois sur des chemins qu’il regrettait d’avoir empruntés.

    Désignation  

    A ce nouveau type de coïncidences il faut trouver un nom simple, une étiquette si nous voulons les désigner pour en parler. Ce seront les « coïncidences H » ou « correspondances H » (H comme dans hypnose) du fait qu’on ne les trouve que chez les gens plongés en état d’hypnose ou… « état H » afin d’éviter d’user du mot « transe », un peu passe partout, présentant l’inconvénient de renvoyer à trop d’états disparates, sans rapport toujours suffisant avec l’hypnose.

    Illusionnisme et véritable hypnose

    D’entrée de jeu il nous paraît important de distinguer clairement deux sortes d’hypnose, la vraie, la fausse, l’authentique de celle qui simule à l’aide de comparses ou de compères avec lesquels on s’entend au préalable.

    Lorsqu’on hypnotise quelqu’un et qu’on lui demande de « régresser », c’est-à-dire de reculer dans le temps, de redevenir par exemple un enfant qui ne marche pas encore mais se déplace en rampant ou à quatre pattes, on a la surprise de voir la personne instantanément réaliser l’injonction, l’ordre, la mise en demeure ou prescription et se mettre sur le champ à ramper ou se déplacer à quatre pattes. Les hypnotiseurs de cirque qui font du spectacle profitent depuis longtemps de ce genre de performance qu’ils s’emploient parfois  à simuler, illusionnant leur public. C’est pour cette raison qu’une partie non négligeable de ce public croit toujours qu’il y a systématiquement une entente entre eux-mêmes et ceux qu’ils sont censés faire redevenir des bébés afin de déclencher les rires du parterre. Ce public « sceptique » a raison mais seulement lorsque les dés sont pipés, c’est-à-dire lorsque celui qui régresse n’est en rien hypnotisé et fait en réalité semblant de redevenir un bébé ne sachant marcher. On peut alors parler dans ce cas de « fausse hypnose », d’illusion plus ou moins habile ou de simple simulation visant à berner le spectateur. Ce dont nous allons parler sur ce site ne concernera au contraire jamais l’hypnose fausse ou simulée qu’on observait autrefois dans les cirques ou sur les tréteaux de foire, mais uniquement de la vraie, que celle-ci soit pratiquée dans un cadre récréatif, d’amusement (Spectacles), de recherche  ou de soin (Visant à traiter les gens de maux dont ils souffrent).

    Vraie hypnose scénique sur You tube

    Ajoutons que ce n’est pas parce que l’hypnotiseur cherche à amuser les gens que son hypnose est une fausse hypnose. On peut en avoir la preuve sur des vidéos de You tube mettant en scène toute une promo d’élèves à Polytechnique plongée en état d’hypnose. L’hypnotiseur leur ayant alors demandé de se transformer en animaux de basse cours, on observe alors médusés une trentaine de ces jeunes gens intelligents, raisonnables et brillants, en principe maîtres d’eux-mêmes « comme de l’univers ! » (sans quoi ils n’eussent point été sélectionnés pour entrer dans cette institution prestigieuse), se métamorphoser soudain en animaux familiers de ferme, caquetant, aboyant, bêlant, grognant, adoptant en outre les comportements correspondants : gratter, fouiller le sol, picorer etc…

    Sur une autre vidéo on voit ce genre d’étudiants d’une de nos grandes écoles, filles et garçons confondus, « sous H » (= sous hypnose) se mettre à copuler de manière désopilante avec les meubles à leur disposition dans la pièce, notamment les chaises sur lesquelles ils se trouvent assis à califourchon. Revenus à l’état normal puis interrogés sur la manière dont ils ont vécus la scène, la plupart avouent qu’ils se rendaient confusément compte qu’ils agissaient de façon inadaptée  mais qu’il leur était impossible de ne pas le faire, s’y sentant comme obligés. Notons que semblable remémoration après coup n’est possible que si l’hypnotiseur, dans ce cas véritable chef d’orchestre, leur en a donné préalablement l’autorisation en leur ayant dit par exemple : « Vous vous souviendrez de tous ce que vous aurez fait sous H ». Sans cette précaution, s’étant totalement identifiés à la scène qu’ils revivaient, ils eussent été incapables de s’en distancer en la critiquant.

    Efficacité de l’hypnose véritable

    Ces vidéos manifestement non truquées, librement consultables par quiconque, démontrent à l’évidence, que « sous H » les gens sont capables de se surpasser dans la réalisation totalement déraisonnable de ce qui leur est demandé. Ainsi vont-ils se révéler également capables de revenir dans le ventre de leur mère, de revivre leur naissance puis de revenir en arrière, avant même leur conception. Ne parlons surtout pas ici de simulation : d’abord les sujets sous H n’ont aucunement l’impression de jouer ou de rejouer un épisode passé de leur vie. Ils le revivent comme s’il était vrai, réel, actuel avec toutes les émotions associables à tel point que l’hypnotiseur compétent (Ils sont rares hélas), sachant cela, prend habituellement soin de prescrire simultanément et la reviviscence de la scène (sans savoir lui-même ni se trouver en mesure de préciser la manière dont pareille scène aura lieu) mais déconnectée des souffrances trop éprouvantes qui lui sont éventuellement liées.

    Régression avant conception

    Normalement une régression aussi radicale et aussi extrême devrait être tout simplement impossible et même impensable puisqu’on est censé, avant conception, ne point encore exister. Pour nous humain le non être n’est habituellement pas imaginable. Qu’en dire au juste ? A priori rien du tout puisqu’on se trouve avant le commencement d’une histoire de vie. Certes on ne se trouve pas ici devant du néant. Avant notre conception, au plan strictement matériel ou biologique on n’est pas devant le vide absolu. Le matériel génétique est là. Mais qui oserait dire que nous y soyons déjà, mystérieusement ?

    La situation est analogue au bing bang qui ressemble à un commencement « absolu », à une sorte de création ex nihilo de notre univers dont la crème des cosmologistes contemporains tente de comprendre de mieux en mieux le comment. Certains franchissent même le moment critique du fameux point zéro et tentent d’imaginer … l’avant bing bang à l’aide de nouveaux concepts tel celui de « temps imaginaire » par exemple n’ayant que bien peu à voir avec celui de la fiction ou du romanesque puisque c’est d’un temps mathématique qu’il s’agit. Et bien il en est de même pour l’être humain : rien ne nous empêche de nous rapprocher de la conception et même d’oser franchir le moment critique de celle-ci, d’aller voir du côté de … l’avant conception ? Que s’y passe-t-il ?

    Du temps H

    L’internaute familier de notre site sait en quoi consiste le temps généalogique ou temps G. Voici maintenant venu le moment d’étiqueter le temps d’avant notre conception même. Ce sera désormais le « temps H » ou temporalité à laquelle on ne peut, semble-t-il, accéder que  « sous H », c’est-à-dire « sous hypnose ».

    Nous poursuivrons en novembre et dans la lettre 132 cette exploration d’un temps humain venant s’ajouter au temps G, le compléter, parfaire, doubler, s’y superposer en quelque sorte. D’une certaine manière le temps H c’est le temps d’avant le temps G, d’avant la procréation dont nous sommes personnellement tous issus. Comme ce dernier il mérite qu’on s’y intéresse.

    www.menetic-site.net fût voici douze ans lancé pour les explorer tous les deux. Le temps H attendait qu’on daigne enfin s’intéresser quelque peu à lui ; en voici le moment venu.

                  Le ménéticien (alias Elie Sorlin)   


      Ce texte vous a interpellé, vous souhaitez de plus amples informations, laissez un message cliquer ici.     


[Découvrir] [Actualités] [Courrier] [Glossaire] [Bibliographie] [Liens] [Contact]

aniwhite02_back.gif   Page d'accueil

 www.menetic-site.net - contact@menetic-site.net

Début de page   aniwhite02_up.gif