sansnom2_htm_smartbutton2.gifsansnom2_htm_smartbutton3.gifsansnom2_htm_smartbutton5.gifsansnom2_htm_smartbutton6.gifsansnom2_htm_smartbutton7.gifsansnom2_htm_smartbutton8.gifsansnom2_htm_smartbutton9.gif


        button7.gif  Les oiseaux et l'angoisse de mort


    Rappelons s'il en est besoin pour l'internaute occasionnel non au courant du contenu des lettres précédentes que nous traitons ici d'un temps bien particulier : le temps hypnotique à clairement différencier du temps généalogique auquel ce site fût initialement et principalement consacré comme du temps ordinaire qui n'est autre que celui des horloges et des montres. En supposant que l'on soit sur un quai de gare, l'horloge représente le temps ordinaire ou TO ; le temps généalogique ou TG n'est habituellement détectable que dans les généalogies ou dans les archives ; enfin le temps hypnotique ou TVH est celui qu'on expérimente lorsque sous hypnose on régresse dans le temps, on y voyage.

    Dans notre dernière lettre 137 d'avril 2015 nous évoquions le cas de Joan qu'une régression temporelle pratiquée par P. Drouot venait de guérir contre l'attente même de son hypnotiseur qui ne la croyait pas possible de cette façon-là. Voici maintenant celui d'une jeune quadragénaire souffrant d'une incoercible phobie des oiseaux en même temps que de graves troubles du sommeil associés à une crainte morbide de la mort. Le premier symptôme la gênait notamment dans ses déambulations parisiennes qui la contraignaient à croiser dans les squares et les jardins publiques de nombreux pigeons sans grande possibilité de tous les éviter. Le second faisait qu'elle ne s'endormait qu'au matin. Rien par ailleurs ne justifiait de tels maux dans son histoire infantile ou dans sa biographie, toutes deux exemptes de traumatismes significatifs. Les éléments connus de sa généalogie semblaient également relativement pacifiés. Bref on se trouvait devant deux symptômes bien énigmatiques quant à leur étiologie.

    Patrick Drouot dont la clientèle amicale ne lui réclame aucune guérison mais seulement de faire l'expérience d'éventuelles vies antérieures lui propose pour le plaisir du divertissement une série de voyages temporels dans son passé. Cette femme revit alors dans l'un d'eux qu'elle était morte au V ème siècle de notre ère dans le désert. Sous hypnose elle éprouve la sensation vive de la danse des vautours s'apprêtant à fondre sur son corps agonisant qu'elle finit par survoler avec un esprit paisible et détaché. Inutile de dire que le vol des oiseaux noirs sur sa dépouille n'était en rien le fruit de l'imagination fertile de son hypnotiseur mais une « production en 3 D » s'imposant spontanément à la voyageuse temporelle avec toutes les fortes émotions, les affects associables à une telle scène imprévisible.

    On perçoit immédiatement une liaison associative (D'analogie, d'homologie, d'isomorphie, de mimétisme) à établir entre la phobie qu'elle avait des oiseaux et ce traumatisme majeur censé avoir été enduré quinze siècles auparavant. Au sortir de la séance elle découvrira non sans un grand étonnement (Outre celui de P. Drouot qui n'en revient pas lui-même) que c’en est fini de sa peur innée des pigeons parisiens en particulier, des volatiles en général.

    Lui reste sa peur irraisonnée de la mort l'empêchant chroniquement de s'endormir normalement et paisiblement. Nous verrons dans notre lettre 139 de juin prochain comment, toujours à l'aide de ce fameux TVH, va « magiquement » disparaître ce dernier symptôme si gênant et si résistant.

                  Le ménéticien (alias Elie Sorlin)   


      Ce texte vous a interpellé, vous souhaitez de plus amples informations, laissez un message cliquer ici.     


[Découvrir] [Actualités] [Courrier] [Glossaire] [Bibliographie] [Liens] [Contact]

aniwhite02_back.gif   Page d'accueil

 www.menetic-site.net - contact@menetic-site.net

Début de page   aniwhite02_up.gif