sansnom2_htm_smartbutton2.gifsansnom2_htm_smartbutton3.gifsansnom2_htm_smartbutton5.gifsansnom2_htm_smartbutton6.gifsansnom2_htm_smartbutton7.gifsansnom2_htm_smartbutton8.gifsansnom2_htm_smartbutton9.gif


        button7.gif  Temps généalogique/temps hypnotique : suite et fin


    Dans nos dernière lettres 137, 138 et 139 d'avril, mai et juin 2015 nous vous présentions trois personnes souffrant d'une affection non invalidante ; l'une d'un petit problème utérin gênant, une autre d'une phobie des oiseaux doublée d'une insomnie chronique liée à une peur lancinante de la mort, un dernier enfin, Robert, frappé de bégaiement suite à une morsure de chien subie dans l'enfance. Toutes trois furent guéries, mais de quelle manière ?

    En les hypnotisant ; toutefois ça ne saurait suffire! L'hypnose à elle seule n'a jamais guéri quiconque. Certains pourraient croire aussi qu'il eût suffi sous hypnose de leur prescrire de ne plus souffrir, de simplement commander à leur problème de disparaître magiquement de la même manière que l'on dirait à un alcoolique : «Vous ne boirez plus désormais ! La boisson va vous donner des nausées... et ainsi de suite ! » Ce type d'injonction bien manié peut parfois marcher. Mais dans les trois cas cités dans nos lettres cela ne se passa toutefois pas de la sorte.

    Dans les trois situations évoquées, le praticien fit voyager sous hypnose ses clients dans le temps, un temps bien particulier ; il les fit redevenir enfants, nouveaux-nés, puis leur demanda de reculer encore et encore pour les voir évoquer tous trois une vie antérieure dans laquelle tous auraient éprouvé un traumatisme sévère : la première, Joan, morte en couche autrefois, la seconde endurant une mort solitaire dans un paysage désolé où des rapaces cherchaient à dépecer son corps gisant, agonisant, puis, dans une autre existence où elle était homme, sa fin tragique dans la tombe où on l'enterra prématurément en croyant qu'il était mort ; le dernier, Robert, subissant une attaque meurtrière de chiens-loups.

    On remarque dans ces trois situations que le voyage temporel donne l'occasion d'évoquer une vie antérieure, d'en mettre en scène une séquence dramatique. Cet épisode a la particularité remarquable d'avoir une certaine ressemblance avec ce dont se plaint le sujet en question : Joan souffre-t-elle dans la sphère utérine ? Une mort en couche sera évoquée. Souffre-t-on d'une peur irraisonnée des oiseaux ? On aura une scène où des oiseaux d'une espèce bien particulière : des charognards, sont associés, liés représentativement autant qu'émotionnellement à l'agonie anxiogène d'une personne à laquelle s'identifie fortement le sujet concerné; Robert frappé de bégaiement se trouve convié à revivre une attaque de chiens-loups lui ayant jadis sauté à la gorge.

    On voit ici que se produit une rencontre, un croisement entre quelque chose et son image ou son mime à la faveur de la régression temporelle hypnotique et que la sédation du symptôme ou sa guérison se produisent, s'obtiennent à la suite de cette occurrence, coïncidence ou correspondance bien étrange. Le scénario de vie antérieure permet une mise à distance de l’événement traumatique : certes il est revécu intensément mais néanmoins simultanément se situe dans un passé éloigné que l'on atteint à la faveur d'un état de conscience non ordinaire.

    C'est en constatant tout cela que dans notre second livre sur le temps familial : GENEALOGIES ou la puissance du temps, La réapparition des âges dans le système familial, publié chez L'Harmattan en 2010 nous parlons à ce sujet d'un « schéma tripartite » : ce dont souffre en priorité la personne actuellement ; puis ce dont elle fût autrefois censée avoir souffert : traumatisme antérieur/drame évoqué ; enfin troisième et dernière composante du schéma : la mise en lien, en relation du présent avec le passé, de la souffrance actuelle avec une souffrance de même type endurée autrefois. La résultante c'est la guérison, la disparition du symptôme sans même que le thérapeute ou le bénéficiaire ne comprennent ce qui lui arrive.

    Comme si retrouver une origine, reconstituer une GENEALOGIE de sa douleur avait le don de l'atténuer, voir de la faire disparaître ! On comprend mieux ainsi comment et pourquoi le temps H ou temps hypnotique fût par nous inséré dans la trame du temps proprement généalogique (1). www.menetic-site.net première version est sur le point de se clore. Temps G ou H nous mobilisèrent treize années durant ; nos 140 lettres mensuelles sont là pour en témoigner chacune à sa façon sur une sorte de livre virtuel

    Mais www.menetic-site ne se ferme point pour autant, comptant s'ouvrir dès la rentrée prochaine (Septembre 2015) sur un « menetic-site » version II comme si, se voulant entreprise éco-responsable et solidaire, il se proposait d' accueillir dans son cadre éprouvé quelque chose de différent, de nouveau, de stimulant aussi.

    Son titre sera : L'Anthroposphère et ses deux sous-titres : Phénoménale Terre Humaine. Éléments d'anomalistique.

    Très bons congés d'été à vous tous, chers amis internautes, dans l'attente de notre prochain RV de septembre.

    (1) p. 228 de Généalogies ou la puissance du temps

                  Le ménéticien (alias Elie Sorlin)   


      Ce texte vous a interpellé, vous souhaitez de plus amples informations, laissez un message cliquer ici.     


[Découvrir] [Actualités] [Courrier] [Glossaire] [Bibliographie] [Liens] [Contact]

aniwhite02_back.gif   Page d'accueil

 www.menetic-site.net - contact@menetic-site.net

Début de page   aniwhite02_up.gif