sansnom2_htm_smartbutton2.gifsansnom2_htm_smartbutton3.gifsansnom2_htm_smartbutton5.gifsansnom2_htm_smartbutton6.gifsansnom2_htm_smartbutton7.gifsansnom2_htm_smartbutton8.gifsansnom2_htm_smartbutton9.gif


    button7.gif   Lettre 15

    Du "double ménétique"

    Les courriers précédents nous ont accoutumés progressivement à cette idée insolite qu'il convenait - psychogénéalogiquement - d'équiper, de doter l'homme de modernité comme de progrès d'un double chargé de la bonne tenue de l'arbre généalogique.

    Mais tandis que le double de l'homme bantou, du bassoundi en particulier est par nature maléfique, dévorateur et cannibal, s'attaquant de manière peu différenciée aux relations sociales, villageoises autant que proprement familiales, qu'il est au fond un ennemi de l'arbre généalogique non chronologisé (dans une société traditionnelle africaine on ne tient pas registre), le double ménétique est au contraire ami de l'arbre qu'il est même chargé de faire pousser. L'organisation familiale, la structure familiale, le "système" diraient les systémiciens, l'invariant dirons-nous avec les cybernéticiens de dernière génération lui délèguent la lourde tâche d'exécution.

    Car il faut bien comprendre que dans les sociétés familiales prémodernes, la famille peut compter pour son organisation sur tous les membres qui la composent et qui lui prêtent allégeance ; ils disposent pour cela d'institutions assez efficaces et telles que les traditions orales pieusement transmises, le droit coutumier, les proverbes, le folklore, la capacité à produire continuellement mythes et variantes etc... cette liste n'étant point exhaustive. La famille peut s'appuyer sur un grand nombre d' individus capables de faire respecter les règles, les usages, les coutumes, investis qu'ils sont culturellement, religieusement, politiquement, de l' autorité établie. Et l'on sait à quel point les transgressions y sont peu faciles pour les contestataires susceptibles d'y risquer la vie, l'intégrité physique, le maintien paisible au sein du groupe.

    Dans nos sociétés libérales on n'observe plus rien de tout cela sauf à titre d'organes témoins en voie de disparition ou suscitant l'opprobe. Il est dès lors compréhensible que la famille moderne doive inventer de nouvelles procédures pour atteindre ses objectifs : se constituer, se perpétrer, faire entendre sa voix; elle ne peut plus compter comme autrefois sur les membres qui la composent car ceux-ci se vivent émancipés de ses tutelles, libérés et donc libres de n'en faire qu'à leur tête, nos propres psychothérapies renforçant ces attitudes par leur dynamique différenciatrice, individuante, déculpabilisante etc...

    Concrètement la famille moderne ne peut plus arranger les mariage, contrôler l'accès aux femmes pour les hommes, régenter l'ordre des fratries, définir précisément les places et les fonctions comme autrefois du fait de son anarchie proclamée et de sa désintrication du social, du politique, du religieux. Elle va devenir multiforme, complexe, offrant tantôt le spectacle d'un matriarcat qui s'ignore, d'un patriarcat ou d'autres formules témoignant d'une créativité unique dans l'histoire humaine.

    C'est alors qu'entre en lice le double ménétique chargé de relayer l'organisation, le système, l'invariant, la structure dynamique de la famille C'est à lui qu'incombe la tâche délicate de requérir ou de mobiliser le membre apparenté de telle manière qu'il ne se rende compte de rien; ainsi, gràce à lui, par lui, sur 100 partenaires théoriquement accessibles, homo ou hétérosexués - à nous en tenir à l'alliance - le double ménétique fera préférentiellement aller vers une classe d'alliés, de conjoints potentiels psychogénéalogiquement, chrono-généalogiquement compatibles avec la structure.

    L'homme moderne s'extasie devant cet étrange tropisme, ce "libido­tropisme" qui fait convoler avec des personnes qui portent le nom d'une sœur, sont nées à des dates hautement signifiantes ou qui présentent dans leur arbre mille similitudes toutes plus troublantes les unes que les autres, comme s'il pouvait en être autrement. En cela l'homme moderne fonctionne comme le primitif, contribuant à sa manière à l'édification de sa famille ; mais il l'ignore et c'est important qu'il en soit ainsi dans une société libérale. C'est sa coquetterie à lui de se croire unique au monde.

    Le double ménétique protège le sujet dans sa version sociale admise communément en proportion du clivage, du déni dont il est l'objet. Attendons-nous donc à ce que personne ne parvienne aisément à reconnaître son propre double s'il est assez facile de le démasquer chez l'autre. Le clivage associé à l'automatisation du fonctionnement du double libère le sujet d'un travail considérable : plus autant besoin de conseils de famille, de palabres sans fin, d'institutions etc... pour faire fonctionner l'organisation qui opère discrètement, secrètement, sans que personne ne s'aperçoive de rien. L'auto-organisation familiale çà baigne, çà marche tout seul. Le double va se charger des transmissions, du nouvel ordre des fratries, des genres ou sexes, de leurs rapports sans arsenal de règles coûteuses cérébralement, affectivement, sans us, sans coutumes, sans traditions, sans mythes au sens où on l'entend habituellement.

    Les nouveaux observateurs de cette mutation multiséculaire, progressive sont tous ceux qui travaillent au chevet de la famille moderne, les psychogénéalogistes en particulier.

    Le rapport entre les deux personnalités, la personnalité sociale et son double ménétique est métaphoriquement comparable au rapport qu'entretiennent le masque et son visage. Dans cette perspective il est clair que le sujet profond ne saurait se retrouver ni dans le masque ni dans le visage qui se cache derrière car il risquerait, au soir de sa vie, de l'intituler " La vie d'un autre !" Où situer ce socle, ce centre", ce "cœur" du sujet ? A chacun de répondre à sa manière. Mais assurément çà ne peut être ni la personnalité sociale ni le double ménétique.


    Dans la lettre n° 16 nous traiterons de la tripartition du moi chez l'homme moderne : moi social, moi familial ou double ménétique, moi transpersonnel.

    Le ménéticien (alias Elie Sorlin)     


[Découvrir] [Actualités] [Courrier] [Glossaire] [Bibliographie] [Liens] [Contact]

aniwhite02_back.gif   Page d'accueil

 www.menetic-site.net - contact@menetic-site.net

Début de page   aniwhite02_up.gif