sansnom2_htm_smartbutton2.gifsansnom2_htm_smartbutton3.gifsansnom2_htm_smartbutton5.gifsansnom2_htm_smartbutton6.gifsansnom2_htm_smartbutton7.gifsansnom2_htm_smartbutton8.gifsansnom2_htm_smartbutton9.gif


          button7.gif         Lettre 152 : L'Anthroposphère : site d'une parole libérée !


        Résumé de la lettre 152

    Dans cette lettre 152 Elie Sorlin commence par rappeler à l'internaute de passage son projet : créer un lieu capable d'accueillir les anomalies prodigieuses dont l'espèce humaine a connaissance, quel qu’en puisse être l'étrangeté. Comme on ne connaît ce genre d’événement basé sur l' expérience personnelle que par les comptes-rendus que les individus nous en fournissent, ce modèle de monde aura pour tâche première de se trouver en capacité d'accueillir les nombreux témoignages sur le thème, de les prendre suffisamment au sérieux pour commencer à les traiter comme il convient.

    Dès lors ce modèle de monde typiquement humain du fait de sa prise en compte du témoignage comme aucun autre n'a encore osé le réaliser s'appellera dorénavant l'Anthroposphère. Il faut la concevoir telle une mappemonde formée de deux hémisphères latéraux, l'un gauche que désigne l'acronyme hag pour hémisphère anthroposphérique gauche et l'autre droit que désigne l'acronyme had, pour hémisphère anthroposphérique droit. Une paroi « pih » pour paroi inter hémisphérique autorisant maints échanges les sépare tous deux.

    A gauche c'est le globe tel que nous ne le connaissons, avec ses six milliards d'êtres humains mais qui vont enfin pouvoir témoigner librement de leurs éventuelles expériences de l'anormal, du prodigieux, du miraculeux dans leur vie. A droite c'est la boîte noire conçue telle une grande usine à prodiges, censée être source des anomalies se produisant en hag, toutes expérimentées, captées, collectées, racontées, mises en récits ou en scène, parfois photographiées ou filmées dans l'hémisphère anthroposphérique gauche. Had interagit, produit donc, tandis qu'hag manifeste, exprime, voit, entend, ressent, enregistre parfois même.

    Du fait du mutisme généralement imposé aux témoins que nous pouvons tous devenir un jour ou l'autre, des scellés apposés sur leurs millions de témoignages par un terrorisme social, par un bras tant séculier que religieux, athée que confessionnel, tous les modèles de monde dont nous disposons à l'heure actuelle sont, sans la moindre exception, hémiplégiques : had (Ou des équivalents) leur fait cruellement défaut à l'instar des sources dans nos déserts arides. www.menetic-site.net va tenter de pallier à ce problème récurrent qu'on rencontre chez les modernes en proposant justement son anthroposphère dont l'architecture tripartite est pensée pour précisément accueillir les témoignages d'anomalies prodigieuses, ce à quoi ils peuvent renvoyer, la source obscure qui vraisemblablement les inspire.


    Petite piqûre de rappel

    Pour le lecteur occasionnel et pressé n'ayant pris connaissance d'aucune de nos lettres antérieures susceptibles de l'éclairer un tant soit peu sur nos intentions, disons qu'ayant commencé par soigneusement isoler dans la réalité une composante irréductiblement anormale et même prodigieuse (Telles que lévitations ou thaumaturgie par exemple), nous nous sommes soigneusement efforcé qu'elle ne se transforme presque aussitôt en un objet de rejet susceptible d'alimenter une grande décharge à ciel ouvert. Si l'on n'y prenait garde, des hommes se piquant d'être modernes risquaient en effet de s' emparer de nos anomalies pour s'empresser de les y jeter comme on ferait d'un tas d'ordures.

    Comment accueillir, héberger les anomalies ?

    Nous nous retrouvions dès lors avec cette composante anomalique fournie devant l'épineux problème de son accueil et de son hébergement. On comprendra qu'il ne suffit point en effet d'accumuler une montagne de petits ou grands prodiges tous plus invraisemblables les uns que les autres pour satisfaire l'esprit d'une saine recherche. Ils risquaient d'aller alimenter directement les nombreuses rubriques de faits divers des journaux du monde entier, des magazines à sensations, de subir finalement le sort peu enviable de maints objets volants non identifiés (OVNI) dont nous parlerons d'ailleurs, le moment venu. On sait comment la presse locale leur consacre un entrefilet bien éphémère pour les oublier aussitôt.

    Du « proprement humain »

    C'est alors que dans notre lettre 151 de juillet dernier nous avons pris le risque de vous présenter un nouveau modèle de monde que nous qualifierons de « proprement humain » car ceux dont nous disposons déjà ne le sont pas toujours. Cette expression de « proprement humain » signifie que l'on prend sérieusement en compte la parole des sujets, ce qu'ils peuvent dire d'eux-mêmes ou du monde, ce dont ils vont témoigner. Les modèles existants ayant cours dans nos diverses disciplines scientifiques font habituellement l'impossible pour se passer du témoignage humain auquel ils ne sauraient faire confiance. En vertu des règles impératives présidant à l'instauration de nos divers savoirs scientifiques, techniques ou mixtes, le témoignage n'a donc pas très bonne réputation. On préfère habituellement le remplacer par des expériences répétées ; les instruments de laboratoire, les traces, graphiques ou schémas de nos multiples écrans, sont actuellement un langage bien préférable à ce que nous pourrions dire tant il nous inspire à priori confiance tandis que le témoignage humain proprement dit reste suspect de par, dit-on, sa fragilité.

    Un exemple de faible tolérance

    Si des millions d'hommes, de femmes, d'enfants confient par exemple à leur entourage après un traumatisme particulièrement sévère avec pronostic vital engagé (Accident routier, vasculaire etc...) qu'ils sont revenus de la mort en ayant fait la plus sublime expérience d'une lumière ineffable, habitée, consciente, omnisciente, donnant de surcroît la plus vive impression d'être inconditionnellement aimante (1), nos modèles scientifiques les plus éprouvés éprouvés sur l'homme et sur son monde n'en n'auront cure, ne sachant comment intégrer pareilles données pourtant spécifiquement humaines, provenant pratiquement sans arrêt des quatre coins du globe comme de tous les fronts de guerre ou de réanimation hospitalière d'où l'on sait faire revenir de nombreuses personnes à la vie (2). Bref ce que nombre d'êtres humains disent alors avoir intensément éprouvé, vu, ressenti, personnellement expérimenté n'est intégrable dans aucun de nos savants modèles de vérité ou de réalité sur nous-mêmes comme sur le monde ; ces modèles ne savent faire confiance aux hommes évolués que nous sommes devenus, les traitant souvent de personnes dérangées, ayant souffert d'hallucinations lorsqu'elles relatent une expérience hors du commun telles qu'une NDE ou EMI. Leurs témoignages exceptionnels ne vaut donc rien, se retournant contre elles ; ainsi les contraint-on généralement au silence.

    J'ai donc décidé à mes risques et périls d'esquisser, à titre d'essai et d'expérience de pensée, les grandes lignes d'un modèle de monde qui soit plus symétrique (3), capable de tenir compte de ces millions de témoignages, se comptant comme les étoiles du ciel visible, qui concernent anomalies, prodiges, états modifiés de conscience, énigmes de toute nature pour autant qu'elles soient raisonnablement avérées par traces, photos, vidéos, témoignages honnêtes, multiples attestations dont certaines d'huissiers ou d'experts, croisements, recoupements, investigations, enquêtes circonstanciées (4), nos sciences dures s'étant édifiées sur l'évitement à grand prix du témoignage sous le prétexte fallacieux qu'il n'était jamais crédible à 100 %.

    L'Anthroposphère

    On appellera dorénavant ce modèle: l'Anthroposphère (5) ou sphère de « l'homme en tant qu'homme qui parle, qui prend le risque de témoigner » de ce qu'il a vu, entendu, ressenti, éprouvé, expérimenté dans sa profonde vérité existentielle et dans son authenticité sans craindre qu'on le contraigne systématiquement à se taire.

    Pour rappel l'Anthroposphère est une sphère minuscule compte tenu de l'immensité de notre cosmos ou plutôt une bulle relativement souple, élastique qui flotte dans l'espace solaire situé dans l'un des bras spiraux excentrés de notre galaxie. Fort schématiquement elle se divise en trois : une partie ou hémisphère gauche diaphane, translucide contenant les quelques 6 milliards que nous sommes actuellement avec tout ce que nous fabriquons ou créons sans oublier les moyens ou ressources terrestres pour mener à bien nos entreprises et réaliser nos artefacts. Cet hémisphère est diaphane du fait qu'il nous est à peu près transparent. A bien regarder c'est la terre et c'est l'humanité, telles que nous les connaissons et reconnaissons habituellement sans théorie particulière, avant Anthroposphère. Nous avons décidé de la désigner par Hag, acronyme d' Hémisphère Anthroposphérique Gauche.

    Puis il y a l'autre moitié, opaque du fait qu'il s'agit d'une « boîte noire » dont on connaît encore mal le contenu qu'on va néanmoins réussir à imaginer, commencer à penser, déduire ou supposer au fur et à mesure des observations de ses divers agissements captés en Hag, partie « diaphane », plus claire, plus transparente. Nous avons décidé d'appeler cette partie : Hémisphère Anthroposphérique Droit et de la désigner par l'acronyme Had, n'ayant évidemment rien à voir avec l'hadès infernal.

    Entre ces deux hémisphères, entre Hag et had, nous allons installer une solide barrière, sorte de paroi ayant plusieurs fonctions dont celle de contenir Had comparable à une cocotte minute sous pression. Cette paroi est aussi membranaire en ce sens qu'elle autorise échanges et interactions entre hémisphères, sans quoi on ne saurait rien ou fort peu sur had. Cette paroi, ce bouclier protecteur, cette membrane nous l'appellerons PIH pour Paroi Inter Hémisphérique que pourrait d'ailleurs commodément symboliser la lettre grecque « pi » bien connue qu'on utilise déjà pour le rayon de la circonférence.

    L'architecture de notre modèle de nouveau monde « proprement humain » est donc tripartite et fort simple puisqu'elle se compose en tout et pour tout d' hag, de pih et d' had. Comme je vous l'ai déjà exprimé c'est le seul et le premier modèle de monde qui soit en principe et pour ainsi dire par nature, par architecture même capable de tenir compte des millions de témoignages humains ; aucun autre n'ose faire cela du fait de nos usages multiséculaires régissant les rapports tumultueux, suspicieux au témoignage des modernes, n'accordant qu'un seul endroit où il peut s'exprimer : l'espace judiciaire. Il est un autre espace où il se déploie aussi, mais sauvagement, sans règle de bonne tenue, ni la moindre régulation: c'est celui des divers conspirationnismes mâtinés souvent de négationnismes avec leurs rumeurs fantastiques et incontrôlées sans rapport sérieux avec la réalité proprement humaine qu'ils visent à leurrer, à mystifier. Un certain New Age dévalué peut s'y associer parfois, cet ensemble composite, hétéroclite bénéficiant sur le web d'une tribune récente de divulgation inespérée.

    Tout être humain qui fait une expérience hors du commun confirmée et qui prend le risque d'en témoigner avec sincérité va désormais pouvoir en rendre compte en hag sans se voir automatiquement suspecté d'avoir été la victime d'hallucinations ou de mirages inconsistants. Hag va devenir par conception et géographie un hémisphère profondément respectueux de la parole humaine, tandis qu'actuellement, sans notre modèle, notre globe ne l'est aucunement : cette parole se voit souvent bafouée, conspuée, déniée, moquée pour autant qu'elle témoigne de choses sortant de l'ordinaire. Hors Anthroposphère l'homme, la femme, l'enfant qui font une expérience hors du commun sont réduits le plus souvent immédiatement au silence, notre société moderne les contraignant à se taire, tolérant très mal le moindre écart à la norme.

    Avec et dans l'Anthroposphère un tel fonctionnement n'aura plus court. Parole sera rendue aux témoins de tous horizons. Ils n'auront désormais plus à craindre l'extermination cognitive ou symbolique par la horde comme auparavant c'était trop souvent le cas. Cette lettre 152 de septembre 2016 le proclame solennellement. Les millions de témoins que compte notre monde vont enfin pouvoir réintégrer leur espèce des sapiens sapiens, l'enrichir de ce qu'ils auront appris de Had et nous permettre, en retour, de commencer à comprendre ce qui probablement s'y passe. Ce qu'ils diront, au plus haut point va compter pour www.menetic-site.net.

    Notes et bibliographie

    (1) le site international de référence collectant ce genre de récit est: www.nderf.org. De nombreux traducteurs bénévoles s'y relaient pour nous offrir pratiquement en continu et ce depuis plus de 10 ans des témoignages de NDE/EMI en quelques 23 langues du fait que les expérienceurs proviennent de tous pays.

    (2) L'on dispose présentement d'un accroissement exponentiel des témoignages de ce type d'expérience aux frontières de la mort suite à la multiplication planétaire des unités de réanimation comme de la connaissance en temps réel des accidents de toute nature endurés sur tous les théâtres d'opérations du globe. Les données à ce sujet ont changé d'échelle en 20 ans, c'est-à-dire à partir de 1995 environ. On ne compte plus les publications dédiées au sujet. On peut toutefois parmi beaucoup de titres citer l'ouvrage récent du Dr Patrick Theillier qui fit partie pendant 10 ans du Bureau des Constatations des miracles à Lourdes : Expériences de mort imminente, Artège, Paris, 2015. L'ouvrage est plus particulièrement destiné à un public chrétien assez frileux sur le sujet afin de l'informer correctement et tenter de lui montrer la compatibilité des NDE avec les Saintes écritures, notamment avec le Prologue de l' Évangile de Jean où il est question de Dieu, Lumière du monde et des hommes. Or dans les milliers de NDE à ce jour répertoriées depuis plus d'un demi siècle cette lumière transcendante, abyssale, non aveuglante, vivifiante et comblante est le principal invariant.

    (3) On doit la célébrité de ce concept de symétrie au grand penseur européen qu'est Bruno Latour qui l'appliqua brillamment à l'anthropologie dès les années 90 (1989 plus précisément) ; une anthropologie non symétrique cherche à dominer son objet d'étude, considérant les sujets sauvages qu'elle observe et veut comprendre, à la limite comme des arriérés mentaux, des hommes peu évolués (Non modernes) ou des enfants. Certes ce n'est jamais dit comme cela bien sûr ; mais sur le terrain le savant asymétrique ne peut s'empêcher de penser dans son for intérieur que sa culture est nettement supérieure et beaucoup plus développée que celle de la peuplade en voie de disparition dont il peut recueillir, héroïquement d'ailleurs, les derniers râles d' agonie. Certes il s'affichera généralement poli, humaniste et non colonialiste ; il sera même souvent généreux, donnant de sa personne, mais il ne saurait penser autrement à moins qu'il ne se convertisse à la … symétrie telle que nous la propose Bruno Latour lorsqu'il en dresse le cahier des charges exigeant dans son bestseller « Nous n'avons jamais été modernes ».

    (4) Bien que le témoignage ne soit habituellement jamais considéré par nos sciences dures comme un récit crédible, susceptible de rejoindre la réalité d'une manière ou d'une autre, il en ira tout autrement ici. Toutefois pour être crédible, humainement parlant, il doit obéir à un certain nombre de conditions exigeantes qui ne se recoupent pas entièrement avec celles en vigueur dans le Droit. Nous en traiterons le moment venu. Parmi celles-ci on peut compter l'enquête, les investigations, la crédibilité des personnes qui témoignent, l'analyse de contenu des récits, les recoupements et, avec l'avènement du numérique de masse, le nombre des données sur les thèmes abordés par les témoignages.

    (5) Ce terme d' Anthroposphère fût choisi dès les années 2000/2005 tandis que nous étions à la recherche d'un mot approprié pour désigner le modèle de nouveau monde dont nous rêvions et qui soit apte à héberger correctement toutes les anomalies du monde. A cette époque peu éloignée le terme était pratiquement inutilisé, comme abandonné sur le web ou sur le net, bref sur la toile en général, ce qui nous incita à nous en emparer sans porter préjudice à quiconque.

    Mots-clés

    Anthroposphère - anomalies - prodiges - témoignages - modèle - NDE - EMI - Hag - Pih - Had - monde - témoins - parole - sujet - paroi - membrane – hémisphère – symétrie généralisée

    Elie Sorlin        


      Ce texte vous a interpellé, vous souhaitez de plus amples informations, laissez un message cliquer ici.     


[Découvrir] [Actualités] [Courrier] [Glossaire] [Bibliographie] [Liens] [Contact]

aniwhite02_back.gif   Page d'accueil

 www.menetic-site.net - contact@menetic-site.net

Début de page   aniwhite02_up.gif