sansnom2_htm_smartbutton2.gifsansnom2_htm_smartbutton3.gifsansnom2_htm_smartbutton5.gifsansnom2_htm_smartbutton6.gifsansnom2_htm_smartbutton7.gifsansnom2_htm_smartbutton8.gifsansnom2_htm_smartbutton9.gif


      button7.gif         Lettre 154 : Comment en matière d'anomalies passer du « bazar » à un monde en voie d'organisation ?


          Résumé de la lettre 154

    Le simple inventaire des 12 régions identifiées risque de transformer le site www.menetic-site.net en simple site de phénomènes paranormaux. Pour éviter cet écueil rien de tel que de jouer la carte même du modèle d'Anthroposphère : au sein de cette entité vont interagir et le normal et l'anormal avec pour acteur principal l'être humain. Ce dernier en effet est à même de capter les anomalies, de différencier ce qui est normal de ce qui ne peut l'être comme d'en rendre compte selon son niveau d'équipement et partager ses expériences, ses propres observations, diffuser les témoignages. Nos sciences ne savent réaliser une telle chose puisqu'elles se fondent sur l'évitement du témoignage humain dont elles n'ont cure, lui préférant ce que disent les instruments, les écrans, les dispositifs de laboratoires, les protocoles expérimentaux reproductibles à volonté. Or les anomalies dont nous traitons ne se laissent pas faire ainsi. Nous les inscrirons habituellement dans le modèle à la fois géographique (Nos douze régions) et bi-hémisphérique ou tripartite (Hag, pih et had). Enfin dans cette lettre 154 nous retournons explorer la région 2, à la fois pour en montrer l'étendue, la diversité, permettre à l'internaute de se faire une idée de l'immensité du champ anomalistique comme de sa complexité.


    Comment en matière d'anomalies passer du « bazar » à un monde en voie d'organisation?

    En lettre 153 nous avons entrepris d'inventorier sommairement les régions anormales qu'on parvenait à distinguer assez nettement dans le panorama s'offrant à la vue, à partir de l'observatoire assez bien géolocalisé où nous nous tenions confortablement installé. Un problème se pose désormais : ou nous commençons par parcourir ces douze contrées les unes après les autres, nous contentant d'en inventorier les divers contenus au risque toutefois de donner l' impression que www.menetic-site.net ne serait après tout qu'un site d'inventaire et d'exposition de phénomènes paranormaux de plus mais photos ou vidéos en moins, une vitrine de magasin en quelque sorte proposant à bas prix tout un « bazar » d'anomalies soit disant attrayantes, ou nous décidons plutôt, en chercheur austère, de jouer à fond la carte de notre modèle d'Anthroposphère, nous efforçant d'en tirer le meilleur parti possible.

    Du bazar à un monde humain organisable

    Si nous renonçons au bazar, il nous reste dès lors à revenir aux régions comme à tout ce qu'elles peuvent contenir, mais de manière différente, en nous référant chaque fois à l'Anthroposphère qui les contient toutes. Son architecture tripartite composée de hag (Son hémisphère gauche), de Had et d'une paroi Pih séparant les 2 hémisphères, autorise désormais une circulation entre les phénomènes anormaux interagissant, s'associant ou se combinant, circulation peu pensable auparavant ; c'est la représentation géographique elle-même qui la permet, l'être humain y jouant un rôle déterminant d'interface entre hémisphères puisque c'est bien lui et lui seul qui capte les événements, expérimente les états hors du commun, sait en rendre compte, en garder la mémoire et faire finalement circuler plus ou moins bien, plus ou moins vite les récits de témoignages à l'intérieur de réseaux courts et longs de plus en plus fournis : de simples contrées remplies d'anomalies risquant chacune de se transformer en bazar nous passons ainsi à l'Anthroposphère, monde humain complété, assurément en voie de réorganisation. La régionalisation constitue un premier effort de classification socialement justifiée puisqu'elle est directement issue des usages, de pratiques courantes que nous n'avons pas remises en question, ayant déjà suffisamment à faire par ailleurs.

    Nous tenterons d'éviter d'user des termes de « paranormal » comme de « métapsychique » (1) pour désigner les phénomènes peuplant ces 12 régions car ils ne couvrent pas l'ensemble des anomalies du monde (Mais seulement celles qui sont sans doute plus aisément accessibles ou visibles) ni ne se réfèrent à l'Anthroposphère, modèle de nouveau monde tripartite, composé de hag, pih et had (Hémisphère gauche, droit et paroi). Ces deux termes d'un usage pourtant éprouvé renvoient cependant à un univers essentiellement hémisphérique, amputé par conséquent de sa moitié quand bien même ils désignent tous deux un ensemble de phénomènes anormaux dont nous sommes aussi partie prenante ; historiquement non associés à ce nouveau modèle de monde humain qu'est l'Anthroposphère, ils ne conviennent donc pas à www.menetic-site.net, au projet actuellement porté par le site.

    Retour en région 2 (Mysticismes)

    Retournons en région 2 que peuplent les divers mysticismes religieux ; en partant de la zone si particulière du mysticisme chrétien que nous connaissons assez bien, nous pourrons mieux saisir la richesse foisonnante du concept même de région, en pénétrant plus avant à l'intérieur de l'une d' elles. En multipliant par 12 (Le nombre actuel de nos régions) ce type de démarche, nous nous plaçons en situation d' appréhender beaucoup mieux, de façon plus juste, plus correcte, la grande étendue du champ anomalistique, de prendre la mesure de sa richesse foisonnante comme de sa complexité, de son animation interne comme de son économie tandis qu'en l'état actuel de notre société moderne, de son ontologie, de sa culture, il donne l'impression au mieux d'être un vaste entrepôt où le désordre est roi ou au pire de ne point exister, rayé de la carte et chassé de fait du territoire par une armée d'opérateurs qui se prennent parfois pour de super-policiers de la réalité, la science avec un grand S n'ayant de son côté peu à nous apprendre sur l'être humain lui-même et sur ses éprouvés intimes qui comptent pourtant finalement au plus haut point pour chacun. 

    Qui sommes -nous donc ?

    Cette première démarche « géographique » peut favoriser la mise en place d'une méthode pour explorer les quelques 11 autres contrées mais avec toutefois un préalable : au vu de ce que nous allons découvrir en région 2 prise pour terrain d'exercice, nous nous poserons cette question : quel type d'êtres sommes-nous donc réellement et de quelle espèce ? Puisque les compétences prodigieuses de certaines personnes vont nous contraindre à revisiter diverses certitudes héritées ou actuellement enseignées sur le sujet. En effet une grande partie de nos modèles hérités d'être humain sont habituellement fondés sur des qualités ordinaires ou moyennes, celles du plus grand nombre, du fait qu'ils tiennent peu compte du prodigieux, du miraculeux, des états hors du commun qu'un certain nombre d'entre nous peuvent soit rencontrer soit révéler, de la même manière que dans notre pays l'enseignement de masse y est conçu pour les individus normaux et les meilleurs d'entre eux qu'on s'emploie coûteusement à sélectionner (Bons élèves, premiers de classe, majors de promos), non pour les grands surdoués, les génies qui, eux, devront au contraire se débrouiller avec difficulté pour émerger du lot et même parfois survivre.

    Du nouvel homme de l'Anthroposphère

    Le modèle tripartite entrant en lice, va révéler ici son utilité : le nouvel homme de l'Anthroposphère est d'abord un homme qui sait observer, expérimenter quand bien même il ne serait point trop savant ; c'est aussi un être qui parle et témoigne occasionnellement de son vécu. C'est enfin et surtout un sujet naturellement équipé pour entrer en relation avec l'hémisphère hadien ou boîte noire de l'Anthroposphère. Qui dit « équipé » dit « équipement » : alors quels sont-ils ?

    On voit ici se profiler un nouvel homo sapiens sapiens, quelque peu éloigné des modèles d'homo convenus circulant dans les sciences de l'homme puisque celui-ci devra obéir à un cahier des charges comportant prodiges, anomalies et miracles observées ou produites. Nous allons devoir hypothétiquement redessiner cet individu en fonction des aptitudes improbables que nous lui découvrirons telles la voyance, les perceptions extra sensorielles, les sorties de corps, la capacité de commercer avec les défunts et bien d'autres qualités que nos diverses disciplines scientifiques fondées sur la preuve et non sur le témoignage ou l'expérience personnelle veulent ignorer à tout prix sous le prétexte apparemment justifié mais néanmoins fallacieux que l'un et l'autre ne sont ni fiables ni reproductibles à volonté.

    Recours à deux spécialistes reconnus

    Une fois redessiné ce nouvel homo plus conforme aux observations, avec son aide nous poursuivrons notre exploration régionale. Tel est, chers internautes, notre projet à court terme. Mais retournons en région 2 : de quoi peut-elle bien être peuplée ? Pour le savoir, rien de tel que de s'adresser à deux éminents spécialistes de la question : l'américain H. Thurston et son successeur, l'historien J. Bouflet.

    Le premier a pour lui d'avoir commencé par être médecin. Puis, entré chez les jésuites et devenu prêtre, envoyé à Rome par la suite, il y fût pendant plus de 20 ans, l'un des membres clés de l'organisme chargé au Vatican des procès de canonisation. Les non catholiques ignorent que ce tribunal unique au monde détient les plus importantes et les plus anciennes archives planétaires sur les phénomènes anormaux, prodigieux, énigmatiques, miraculeux du fait que pour se voir déclaré « saint », une personne défunte doit produire au moins deux guérisons prodigieuses, complètement anormales d'un point de vue strictement clinique, médical. Par ailleurs les nombreux ordres, instituts, congrégations et familles religieuses souhaitant voir leur fondateur ou l'un des leurs « canonisé » vont devoir présenter un volumineux dossier sur sa vie, ses réalisations, ses œuvres que le tribunal passera au peigne fin. Au fil des siècles ces archives sont devenues une banque de données proposant un nombre impressionnant de phénomènes anormaux (2).

    Herbert Thurston fût le premier à se pencher attentivement sur ces archives pour en extraire les anomalies les plus marquante, les faire connaître dans une série d'articles parus dans des revues américaines de qualité ; ils furent ensuite tous rassemblés, corrigés, complétés, annotés en grande partie par ses soins et publiés après sa mort dans un livre de 500 pages : Les phénomènes physiques du mysticisme (3). Comme son titre l'indique il se cantonne à la physicalité, son passé de médecin généraliste l'ayant incité à ne pas déborder du champ où il se sentait compétent (4). On y recense 13 groupes de phénomènes physiques anormaux récurrents dans le mysticisme chrétien, mais plus particulièrement catholique, sur lesquels nous reviendrons et qui sont respectivement : 1. Lévitations, 2. Stigmates corporels, 3. Anneaux miraculeux (Gages d'épousailles avec le Christ), 4. Télékinésies, 5. Phénomènes lumineux, 6. Élongations corporelles, 7. Amour consumant (Incendium amoris dans sa nomenclature), 7. Fragrances (L'odeur de sainteté dans sa liste), 8. Incorruption, 9. Absence de rigidité cadavérique, 10. Prodiges du sang, 11. Vision extra-oculaire, 12. Inédie (Diversement étiquetée par cet auteur), 13. Multiplication des vivres.

    Pionnier dans ce domaine de la recherche il va avoir pour successeur l'historien français Joachim Bouflet (5) qui saura compléter l’œuvre de son prédécesseur et la développer dans une trentaine d'ouvrages, la plupart dédiés à un groupe de phénomènes particuliers ou à des personnalités religieuses remarquables par leurs performances charismatiques et leur exemplarité. Par lui la liste s'enrichira en s'actualisant (6).

    A ces deux auteurs doivent s'ajouter nombre d'autres chercheurs plus spécialisés. Pour n'en fournir qu'un exemple parmi bien d'autres citons Le sang et le ciel de Jean-Pierre Albert (7) explorant une partie du champ couvert par le groupe 10 de Thurston (Prodiges du sang) ; cet auteur va lire plus d'une centaine d'ouvrages sur le sujet, se cantonnant aux manières dont les femmes mystiques catholiques expriment le prodige dans le monde chrétien ; lorsqu'il aura l'impression, au terme de son enquête, de ne plus rien apprendre de nouveau qu'il ne sache déjà, alors il rédigera son propre livre de quelques 500 pages. A la différence de Bouflet comme de Thurston, dans cet ouvrage il ne cherche pas à dominer l'immense domaine des phénomènes mystiques chrétiens puisqu'il ne s'attache ici qu'à l'examen partiel d'une de ses sous régions (8). Si l'on évalue finalement à une vingtaine le nombre de ces dernières susceptibles d'être actuellement repérées dans le panorama mondial des anomalies, toutes espèces confondues (9) et si l'on estime par ailleurs à des dizaines de milliers le nombre de publications savantes ou de grande qualité sur ce thème, on commence à se rendre compte de ce que recouvre notre concept de « région ». A cela il convient d'ajouter pour cette seule contrée n° 2, la croissance exponentielle des données dans les 20 dernières années avec l'avènement du numérique de masse, la multiplication des sites en de multiples langues sur ces sujets, la création de communautés informelles qui s'emploient à les traiter, l'instauration simultanée de réseaux d'échanges, de revues dédiées, de symposia, de sites collecteurs de témoignages.

    Nous laissons ici délibérément de côté, l'abandonnant au sociologue ou à l'historien spécialisé, la littérature de vulgarisation populaire, les lobbies s'emparant de ces données pour les manipuler à leur guise, de manière souvent sauvage pour les asservir à leurs intérêts des plus variés : dévotionnels (10), de divertissement, conspirationnistes etc. en sachant aussi que l'internet en pareille matière favorise la création et circulation en boucle de rumeurs incontrôlées ou de hoax.

    On voit par là quelle peut être l'ampleur d'un champ régional, de la convenance qu'il y a à vouloir le subdiviser en autant de sous-régions ou zones qu'il est utile : à ce propos notons que dans notre lettre 155 de décembre prochain, nous compléterons la liste des sous régions de la 2 grâce notamment aux travaux de Joachim Bouflet et d'autres chercheurs contemporains, Herbert Thurston n'ayant fait que défricher un domaine si étendu et si peuplé que son simple inventaire excède les capacité d'une seule personne, fût-elle une exploratrice hors pair.

    Ainsi l'internaute prendra-t-il la mesure de notre effort pour l'informer aussi correctement que possible sur des aspects méconnus de la réalité dans laquelle nous baignons tous. Certes nos sciences les plus dures nous permettent de l'atteindre assurément, mais chaque fois sur une fort modeste portion, laissant transitoirement dans l'ombre tout le reste. www.menetic-site.net est conçu pour explorer prudemment, avec pondération mais sans limitations excessives certaines de ces parties oubliées, interdites, voire cachées.

    Ce n'est qu'en novembre 2017 - si Dieu toutefois nous prête vie – que nous pénétrerons en région 5 pour l'explorer de long en large puisque c'est celle de l'interaction avec nos morts tandis qu'alors nous fêterons traditionnellement la Toussaint de l'an prochain. Notre petit millier de lecteurs alors découvrira avec nous l'étonnante richesse foisonnante et peu soupçonnée (11) de cette immense région relativement méconnue du fait des tabous de nos sociétés comme de nos religions sur le sujet : une fois les cendres de ceux que nous avons aimés déposées dans nos jardins du souvenir, on fait trop souvent comme si la « messe avait été dite » une fois pour toute et que tout était désormais terminé, bien fini.

    Notes et bibliographie

    (1) On peut s'en apercevoir lorsqu'on consulte les activités de l'IMI, institut de métapsychique international ; cette institution n'a pas pour finalité d'étudier l'ensemble des phénomènes anormaux observés sur notre planète mais seulement quelques uns parmi les plus aisément abordables.

    (2) Un dossier de canonisation c'est habituellement 10.000 pages, des centaines de pièces archivées, des dizaines d'enquêtes menées parfois sur des centaines d'années ; les phénomènes anormaux, les charismes, les miracles sont passés au crible pour en vérifier la réalité effective.

    (3) Gallimard, Paris, 1961 ; première édition en 1951. Quant aux articles publiés par Thurston ils s'étalèrent de 1919 à 1938.

    (4) En effet la physicalité n'épuise pas le champ du prodige ; les états de conscience hors du commun en font tout autant partie.

    (5) Historien dont on peut voir la notice le concernant sur Wikipédia ; si l'on ne peut mettre en doute et sa compétence et son exigence de rigueur, l'une de ses particularités est d'être un catholique de fort stricte observance ; il va donc avoir tendance à systématiquement disqualifier tout prodige visionnaire non reconnu officiellement par l’Église, ce qui n'est pas sans poser parfois problème. Voir à ce sujet la manière dont il traite maints voyants qui font actuellement débats dans son livre Faussaires de Dieu. Ils sont dès lors par lui condamnés sans appel et considérés d'emblée comme autant de faussaires… de Dieu. Pareille manière de faire est inappropriée à une étude ouverte, sereine, objective sur les anomalies du monde quel qu’elles puissent être et d'où qu'elles puissent provenir. L'institution ecclésiale si respectable soit-elle n'a pas à dicter sa conduite à l'historien lorsqu'il tente d'évaluer la plausibilité d'un phénomène. En cela il confond allègrement deux modes d'existences : Référence (ou science) et Religion (ou foi): voir à ce propos B. Latour dans son Enquête sur les modes d'existence déjà cité.

    (6) Nous aurons l'occasion d'en traiter dans l'une de nos prochaines lettres.

    (7) J-P Albert, directeur d'étude à l'EHESS, dont on peut voir l'ensemble des publications sur Cairn.info par exemple.

    (8) C'est le mysticisme de la période médiévale qui semble sa spécialité. Professionnellement respectueux des phénomènes qu'il étudie, sa situation d'incroyant ne lui permet pas toutefois d'aborder correctement l'intégralité des phénomènes ; son ontologie naturaliste lui interdit enfin de considérer comme objectif et réel d'innombrables phénomènes physiques du mysticisme. Soyons franc : la quasi totalité du champ que nous étudions lui échappe du fait qu'il le considère, de par les préjugés qui sont les siens, totalement invraisemblable et irrationnel ; mais il se gardera habituellement de l'avouer, les étudiant comme s'ils étaient réels tandis qu'il « sait » qu'ils ne le sont aucunement. C'est un chercheur honnête et compétent s'appliquant à étudier des phénomènes objectifs tout en ne pouvant s'empêcher de penser à leur propos qu'ils appartiennent de fait au genre fantastique et non à la stricte réalité historique.

    (9) Les 12 régions sont celles que nous parvenons à discerner de notre observatoire ; d'un autre endroit on aura une autre vue, on percevra sans doute d'autres phénomènes. Notre liste n'est donc pas fermée mais largement ouverte pour qui voudrait bien la compléter au grand bénéfice du champ étudié.

    (10) Toute une littérature de dévotion fleurit souvent à partir d'un prodige donné sans parler des controverses plus ou moins âpres qu'il suscite entre partisans et opposants déclarés. Quant aux « hoax » (Canulars avérés) le magazine grand public « Science et NDE » dans son n° 21 trimestriel d'été 2016 en colporte un superbe en page 19 s'intitulant « Des scientifiques allemands prouvent qu'il y a une vie après la mort » ; il s'agit d'un simple copié/collé circulant en boucle depuis 2014 de journaux ou revues en revues sans le moindre élément critique ou démenti de la part des journalistes ; tout y est faux, le nom du professeur soit disant impliqué, sa prétendue équipe de recherche, le protocole etc...etc… c'est un bel exemple de la manière dont actuellement peuvent fonctionner ces niaiseries cognitives ayant pourtant pignon sur rue dans le paysage contemporain de l'information comme de la connaissance. www.menetic-site.net essaie d'être vigilant sur ce point, de traiter du prodige dans le réel, hors merveilleux, fantastique et canulars.

    (11) Citons à ce propos les deux excellents ouvrages suivants: Isola Pisani, Mourir n'est pas mourir, Mémoires de vies antérieures, Paris, Laffont, sept. 1972 et du même auteur, Preuves de survies, Croire ou savoir, publié chez le même éditeur en 1980. L'intérêt de ces deux livres ne réside ni dans l'écriture ni dans la non nouveauté de leur contenu mais dans la démarche profondément humaine de l'auteur : pharmacien rationaliste et sceptique il perd un membre cher et jeune de sa famille. Totalement ignorant d'un après-vie possible dont on ne lui a jamais parlé il va peu à peu découvrir que nous autres occidentaux disposons en réalité actuellement d'un savoir considérable sur la mort même. Ces deux ouvrages, les seuls qu'il rédigera d'ailleurs, témoigne de son enquête profondément honnête sur le sujet : le Pisani endeuillé plongé devant une énigme abyssale devient enfin un homme mieux informé qu'il ne l'était initialement sur la mort : voir à ce sujet l'incontournable Livre des morts du grand ésotériste chrétien qu'est Jean Prieur, rédigé sur le modèle de ceux bien connus des Égyptiens ou des Bouddhistes tibétains. On peut aussi avec fruit consulter son site sur le thème.

     

    En lettre 155 de novembre 2016 nous pénétrerons en région 5 pour voir de quoi elle peut être faite, puisque c'est celle de l’interaction avec les morts tandis qu'alors nous fêterons traditionnellement la Toussaint. Les lecteurs seront étonnés de son étonnante richesse plus ou moins masquée par une culture faisant mine de ne rien savoir sur le sujet, de n'avoir pratiquement rien à en dire, nos religions elles-mêmes étant remarquablement silencieuses elles aussi. Pour une fois c'est la société séculière qui va s'exprimer principalement par la bouche d'urgentistes et de cliniciens, de gens revenus à la vie après des accidents gravissimes ou par des médiums épisodiquement talentueux, charismatiques.

    Mots-clés : éprouvé intime - hag, pih, had - région 2 - champ régional - segmentation - H. Thurston - J. Bouflet

    Elie Sorlin        


      Ce texte vous a interpellé, vous souhaitez de plus amples informations, laissez un message cliquer ici.     


[Découvrir] [Actualités] [Courrier] [Glossaire] [Bibliographie] [Liens] [Contact]

aniwhite02_back.gif   Page d'accueil

 www.menetic-site.net - contact@menetic-site.net

Début de page   aniwhite02_up.gif