sansnom2_htm_smartbutton2.gifsansnom2_htm_smartbutton3.gifsansnom2_htm_smartbutton5.gifsansnom2_htm_smartbutton6.gifsansnom2_htm_smartbutton7.gifsansnom2_htm_smartbutton8.gifsansnom2_htm_smartbutton9.gif


        button7.gif         Lettre 164 : Du « vrai », du « réel ». Déambuler dans l'Anthroposphère


    Résumé de la lettre 164

    Avant de nous engager vraiment dès la prochaine Toussaint dans l'exploration de l'immense région V de l'interaction continuelle et universelle des vivants avec les défunts, soigneusement tue en apparence par notre culture, nos médias, nous nous permettons de distinguer le « vrai » du « réel ». Tandis que le premier se voit saturé de défenses et d'idéologies habituellement liées au contrôle de réalité, le réel est ici conçu comme l'éprouvé ultime par le sujet humain, vécu indéniable s'imposant toujours à lui en dépit de ses éventuels efforts pour s'en échapper, s'y soustraire par tous moyens à sa disposition: mise à distance, idéologies, croyances limitantes, dénis, falsifications, toutes perversions cognitives etc. Le « réel » ici c'est ce qui arrive véritablement à l'être humain en dépit de ses illusions ; toutefois ce « réel » n'est pas totalement ni toujours dissociable de ses « représentations », donc du « vrai » ; elles sont dans une certaine mesure susceptible d'interagir avec elles. Mais en dernière instance ce ne serait pas le « vrai » qui donne le la mais le réel, le phénomène, l'évènementialité, ce qui survient, ce qui nous arrive effectivement.


    Il nous semble utile de redire à nos lecteurs que l'Anthrosposphère est un modèle de nouveau monde humain destiné à servir de contenant pour toutes les anomalies, les prodiges et les miracles dont les hommes ici ou là, dans le temps comme dans l'espace, peuvent faire l'expérience. Il a été artificiellement dessiné pour cela. Dès lors notre site www.menetic-site.net dans sa version actuelle est entièrement destiné à utiliser ce modèle de monde, à jouer avec afin d'en tirer le meilleur parti possible.

    Du « vrai », du « réel »

    Il nous semble également important de préciser encore que dans et par ce modèle de nouveau monde nous ne visons point au « vrai », du moins celui qu'entendent habituellement nos penseurs mais cherchons à tenir compte du « réel ». Le vrai peut être pour l'être humain objet de croyance, obéir à des définitions, se voir pris en otage d'à priori variés, limitants. Pour nous ce que nous appelons ici le « réel » c'est ce dont les hommes font effectivement l'expérience, c'est ce qu'ils éprouvent et qui compte finalement le plus pour eux, les idées de vérité, représentations construites, s'effondrant les unes après les autres comme autant de châteaux de sable tandis que subsistera toujours, tant qu'ils s'éprouveront vivants leur vécu dont ils auront d'ailleurs, le plus souvent, assez grand mal à parler. Ce que nous appelons « vérités » sont autant de créations qui nous sont bien utiles certes mais qui ne sauraient cependant résister longtemps sous les choc incessants avec la réalité comparable à un océan illimité dans laquelle nous baignerions tous.

    On pense souvent que ce sont nos sciences qui se chargent de ce travail de confrontation continuel à la réalité ; ce n'est vrai qu'en partie ; elles ont elles aussi grand souci d'atteindre le réel comme de dire « vrai ». Mais des pans entiers de l'expérience humaine leur échappent. Si d'aventure un être humain se voit soudain confronté à un miracle, quelles issues pour lui ? Se taire pour en vivre s'il le mérite ou tenter de le raconter, d'en témoigner comme il le peut, à sa manière. En l'état actuel de nos sciences, toutes disciplines confondues, il est proprement impensable qu'elles prennent sérieusement en charge ce type de récit sans le dénaturer, le réduire c'est-à-dire le couper définitivement de son locuteur et de tout ce qui relie ce dernier, à la manière d'un cordon ombilical, au phénomène arrivé, pour une raison aisément compréhensible: dans nos sciences le locuteur avec ce qu'il dit n'ont qu'un faible droit de cité puisqu'elles sont édifiées pour qu'on s'en passe, aucune preuves scientifiques dignes de ce nom n'étant fondée sur un quelconque témoignage.

    Du respect qu'on doit au témoin

    En d'autres termes, quand se produit soudainement un miracle, phénomène naturellement rarissime, le premier concerné, convenons-en avec honnêteté, c'est bien l'homme, l'expériençeur, le témoin ; c'est la moindre des choses qu'on respecte ce qu'il va pouvoir en relater, dans ses mots à lui. Et bien pour nous le « réel » c'est aussi cela si ce n'est pas que cela. L'accès au réel implique maintes qualités telles la prudence raisonnable, pondérée, associable à de la modestie cognitive. Au nom du vrai auquel il adhère dans un acte de foi inconsciente le savant niera la réalité de ce miracle pourtant dûment attesté. Telle est l'impérieuse raison qui nous contraint de différencier le « réel », saturé de limitations, d'idéologies comme de croyances, de ce que nous désignons par « vrai » saturé quant à lui de phénoménologie, d'évènementialité, seules finalement à scander le temps linéaire, à le baliser, voire à le constituer (1). L'homme moderne se défend âprement contre le « réel » qui lui échappe de toute part ; il ne le contrôle pas ; aussi pour le tenir à distance lui préfère-t-il le « vrai » qu'il peut alors définir à sa guise. Ainsi chaque penseur, chaque philosophe en propose-t-il créativement une version déclinant sa manière de se confronter au « réel » ainsi tenu à bonne distance, muselé, réduit, intellectualisé, abstractisé.

    L'Anthroposphère se veut modèle insoumis de monde humain « réel », libéré des multiples limitations inhérentes au « « vrai » ; il peut alors oser prétendre s'ouvrir à la totalité de l'expérience humaine tant normale qu' anormale ou paranormale. D'où sa division en deux hémisphères spécifiques, hag et had que sépare une paroi filtrante/contenante, pi.

    Pour des raisons essentiellement pratiques nous avons pour hag répertorié 12 régions qui sont autant de continents de l'anormal: 1 pour la thaumaturgie, 2 pour le prophétisme oraculaire et voyant, 3 pour les mysticismes, 4 pour l'hypnotisme et le magnétisme, 5 pour la relation aux défunts, 6 pour l'ufologie, 7 pour la parapsychologie universitaire ou savante, 8 pour la psychologie anomalistique et l'étude systématique des états modifiés de conscience, 9 pour la parapsychologie animale, 10 pour les synchronicités jungiennes et coïncidences pleines de sens, 11 pour l'inédie et sainte anorexie, 12 réservée à tous les phénomènes en attente de classement.

    A elles douze elles concentrent une bonne part de l'expérience humaine multi millénaire de l'anormal du point de vue d'un observateur occidental contemporain. Chacune d'elle comme nous le verrons peu à peu au fil de nos lettres mensuelles constitue un monde en soi, un champ phénoménologique d'une incomparable richesse et d'une grande complexité entretenant maintes relations avec d'autres régions. Des dizaines de milliers d'ouvrages traitent ou rapportent ce que disent les hommes sur elles, chacun d'eux fonctionnant tel un explorateur rapportant ses aventures, ce qui lui est arrivé, souvent en le bouleversant.

    Considérons qu'au 1er octobre 2017 nos lecteurs savent désormais comment circuler dans l'Anthroposphère dont ils ont un plan très simple. Ils savent par exemple qu' Hag est constitué de 12 régions que nous aurons à parcourir dans les années à venir tantôt dans l'ordre ou dans un désordre apparent du seul fait qu'entre les régions ça circule et ça communique. Ils savent aussi que chacune de ces zones est peuplée d'anomalies plutôt bien identifiées par notre culture occidentale qui depuis des siècles, voire des millénaires pour nombre d'entre elles, ne cessa de les observer, collecter, questionner, en vain bien souvent d'ailleurs.

    Dès novembre prochain nous pénétrerons ainsi à nos risque et périls dans l'immense région V que nous mettrons plusieurs mois à parcourir, à l' étonnement probable de nos lecteurs internautes qui se rendront ainsi compte de la part immense de réel que délaissent nos sciences. L' exploration sans tabous idéologiques ou religieux de ce continent n° 5 choisi en premier vaudra démonstration de notre manière de faire pour les 11 autres contrées hago/hadiennes (2), anthroposphériques.

    Très chers amis à novembre donc : RV juste après les petites vacances de Toussaint pour notre premier grand voyage en « terre 5 »!...

    Notes et bibliographie

    (1) C'est ce qu'exprime également Etienne Klein, l'un de nos plus pénétrants penseurs actuels sur les paradoxes du temps et sur les idées erronées qu'on se fait à son sujet. Consulter sur YouTube ses grandes conférences sur le thème.

    (2) c'est-à-dire bi-hémisphérique, les deux hémisphères de l'Anthroposphère interagissant continuellement, had boîte noire étant conçue comme source énigmatique des anomalies observées en hag.

    Mots clés : hag - had - vrai - réel

Elie Sorlin        


      Ce texte vous a interpellé, vous souhaitez de plus amples informations, laissez un message cliquer ici.     


[Découvrir] [Actualités] [Courrier] [Glossaire] [Bibliographie] [Liens] [Contact]

aniwhite02_back.gif   Page d'accueil

 www.menetic-site.net - contact@menetic-site.net

Début de page   aniwhite02_up.gif