sansnom2_htm_smartbutton2.gifsansnom2_htm_smartbutton3.gifsansnom2_htm_smartbutton5.gifsansnom2_htm_smartbutton6.gifsansnom2_htm_smartbutton7.gifsansnom2_htm_smartbutton8.gifsansnom2_htm_smartbutton9.gif


        button7.gif         Lettre 172 : De la trans-communication instrumentale ou « TCI »


      Résumé de la lettre 172

    Elle traite succinctement d'un troisième mode d'interaction avec les défunts principalement au moyen de machines, de système d'enregistrement, de smartphones, d'ordinateurs et d'écrans se montrant capables de capter occasionnellement, semble-t-il, voix et/ou visages d'outre tombe. Elle est surtout le fait d'ingénieurs et de techniciens familiers de ce genre de supports ou médiations. A l'examen ce troisième mode d'interaction se révèle pauvre en apport d'informations sur l'au-delà puisqu'il ne permet guère d'interagir avec les disparus dont il ne capte au mieux que quelques bribes éphémères de voix ou d' images fugitives, évanescentes de visages. En outre on doit souvent attendre longtemps l'apparition de ce type de signal, s'armer de patience. La lettre convie l'internaute à mener son complément d'enquête sur le web peu avare d'une documentation intéressante sur le sujet.


    Dans nos dernières lettres mensuelles nous vous entretenions de deux modes d'interaction avec les défunts ; le premier spontané, occasionnel, susceptible de se produire sans que le sujet humain n'y soit préparé, le défunt gardant l'initiative. Le second impliquait l'activation d' une aptitude hors du commun qu'on désigne par médiumnité, capacité non acquise par un apprentissage, d'interagir avec les personnes défuntes ou avec les « esprits ». Cette médiumnité pouvait se constater dès l'enfance ou se révéler plus tard fortuitement. Comme il n'existe pas dans nos sociétés de cursus formateur du fait que cette capacité ne s'apprend pas, les individus qui la possèdent commencent habituellement par l'ignorer ; naissant médiums ils ne savent donc pas qu'ils le sont et de ce fait mettront du temps à le découvrir puis à apprendre à utiliser ce don qui les singularise.

    Dans cette 172 ème lettre nous allons évoquer une troisième façon d'entrer en relation avec les défunts qu'on désigne par « Trans-communication instrumentale » ou « TCI » qui diffère notoirement des deux autres, la « spontanée », la « médiumnique », ce qui justifie donc amplement qu'on la distingue de toutes les autres.

    Si vous tapez dans la petite fenêtre de Google « Transcommunication instrumentale » vous obtiendrez immédiatement des dizaines de liens renvoyant à des sites, vidéos, articles, conférences, magazines, associations, témoignages, constituant autant d'indices que la révolution internet a modifié en moins de 30 ans la donne en matière d'information et de communication des données sur tous sujets dont ceux qui nous occupent ici. Les sceptiques qui plastronnaient encore dans les années 75 et 80, se gaussant de tous les thèmes que nous abordons dans nos lettres mensuelles sont désormais submergés par un tsunami de données venant du monde entier contredisant frontalement leur posture négationniste selon laquelle le paranormal serait une illusion ou un mythe. Il convient toutefois de demeurer vigilant dans le traitement des millions de témoignages affluant de tous les horizons du monde humain, de croiser les données tant pour les valider que pour les hiérarchiser ou classer.

    Concernant la TCI disons que de tous les modes d'interaction avec les défunts c'est sans doute le moins intéressant, le plus insignifiant au plan informationnel, le plus pauvre en matière d'interaction proprement dite puisqu'on ne fait qu'y capter non sans difficulté d'ailleurs des bribes de mots souvent à peine audibles, à peine compréhensibles enregistrés de manière aléatoire et sans qu'on puisse à vrai dire y répondre ou des images fugitives sur des écrans de télé, de smartphone ou d'ordinateur ! Sur une échelle de 100 concernant la richesse interactive et l'information obtenue nous placerions la TCI à 5 ou 6, les communications spontanées à 20 ou 30, la médiumnité à 60 ou 70 et la psychographie que nous présenterons le moment venu à 90 ou 95, l'interaction et l'information y étant potentiellement maximale, en prenant bien soin de laisser délibérément de côté l'écriture automatique occasionnelle pratiquée souvent non sans légèreté par des personnes insouciantes et peu responsables.

    La TCI fût fortuitement découverte en 1959 par le suédois Friedrich Jürgenson tandis qu'il venait d'enregistrer en pleine campagne des chants d'oiseaux ; à l'audition il a la surprise d'entendre la voix de sa propre mère décédée, bien reconnaissable au milieu des gazouillis ; il va dès lors, le reste de son existence, s'investir dans la collecte de ce type d'enregistrement sonore pour se constituer une première banque de données plutôt conséquente.

    Si vous consultez Wikipédia sur le thème vous y trouverez un excellent article faisant le point, accompagné de maints détails qu'on pourrait aisément multiplier par 100 pour avoir une idée réaliste de la production internationale de publications dédiées à un tel sujet avec évidemment un nombre impressionnant de documents vidéo ou audio se ressemblant d'ailleurs beaucoup qu'accompagnent fréquemment des analyses réalisées par des professionnels du sons, des acousticiens, des électroniciens, des spécialistes de l'image.

    On ne saurait dénombrer aisément avec exactitude le nombre des associations et des sites de TCI ou qui en traitent occasionnellement. Comme vous pouvez ici le constater notre propos est moins de vous fournir un éclairage exhaustif sur la TCI comme le ferait une encyclopédie que de l'inscrire dans une démarche plus globale de clarification du paranormal mondial que nous avons classé en une douzaine de catégories assez facilement repérables par l'honnête homme et du segment dit « Interaction avec les défunts » comportant à lui seul une dizaine de modes, la TCI étant l'un d'eux.

    Les chercheurs qui investissent la transcommunication instrumentale sont principalement des ingénieurs, des techniciens se passionnant un beau jour pour ces voix ou ces visages qu'ils vont s'ingénier à capter de leur mieux, ce qui les renvoie souvent à un ami ou à un parent décédé quand ce n'est pas à une figure médiatiquement connue. Dès lors leur rapport assez trivial aux objets techniques qu'ils connaissent bien s'en trouve en quelque sorte magnifié, sublimé, les renvoyant à un au-delà de la matière. De même qu'une tablette d'argile de la grande bibliothèque de Ninive peut vous fournir une histoire comme celle du déluge, leurs appareils vont opérer de même à la différence près que cette nouvelle histoire reste lacunaire, relevant de la trace ténue telle celle d'une empreinte de pieds dans le sable d'un rivage.

    Cette lettre se veut invitation à ce que vous partiez aussi en quête de plus amples informations sur la TCI! Dans notre prochain courrier (Juillet 2018) nous entreprendrons de vous présenter un quatrième mode d'interaction actuel avec les défunts, potentiellement performant : la psychographie. S'il est connu, ses performances restent toutefois relativement ignorées, en tout cas sous-estimées du grand public comme du public cultivé. D'où notre effort pour tenter d'y remédier en vous présentant de véritables œuvres psychographiques modernes ou contemporaines fournissant maintes informations du plus haut intérêt sur l'au-delà ou témoignant, chacune à leur manière, d'interactions avec les vivants d'une grande richesse.

Elie Sorlin        


      Ce texte vous a interpellé, vous souhaitez de plus amples informations, laissez un message cliquer ici.     


[Découvrir] [Actualités] [Courrier] [Glossaire] [Bibliographie] [Liens] [Contact]

aniwhite02_back.gif   Page d'accueil

 www.menetic-site.net - contact@menetic-site.net

Début de page   aniwhite02_up.gif