sansnom2_htm_smartbutton2.gifsansnom2_htm_smartbutton3.gifsansnom2_htm_smartbutton5.gifsansnom2_htm_smartbutton6.gifsansnom2_htm_smartbutton7.gifsansnom2_htm_smartbutton8.gifsansnom2_htm_smartbutton9.gif


        button7.gif         Lettre 180 : Analyse d’un récit de NDE/EMI


    Résumé de la lettre 180

    Cette lettre ne fait qu’introduire au récit de NDE/EMI d’une certaine Nicole Dron en pointant du doigt l’incapacité savante contemporaine à s’intéresser au témoignage humain comme tel et l’ignorance des philosophes actuels vis à vis de l’expérience clinique dont ils n’ont pas la moindre idée. Elle relève aussi la niaiserie universitaire actuelle qui considère le récit de Platon concernant la NDE du soldat Er à la fin de La république, œuvre majeure de cet auteur comme un mythe du fait de l’ignorance de la clinique par les commentateurs spécialisés « autorisés » qu’on entend parfois sur France Culture ou ailleurs. Ils se méprennent sur la véritable nature de cet antique récit de grande importance pour Platon qui la place en point d’orgue de son œuvre maîtresse, récit donnant sens à tout ce qui l’a précédé. Platon par Er et consorts disposait d’une connaissance étonnante de l’au-delà ; sur ce point il était en avance sur son époque comme sur une partie de la nôtre peuplée de nos savants, penseurs et universitaires rejetant majoritairement l’idée de survie.


    Comme il est d’usage en pareil cas il convient d’indiquer nos sources aisément consultables par tout lecteur, pour éventuellement permettre à chacun de compléter si besoin notre analyse des données : il s’agit du témoignage livré par Nicole DRON en 15 feuillets que l’on trouve sur le site : www.sos-detresse.org/dossiers/expérience-mort-imminente.htm. Ce condensé a le mérite d’offrir un bon matériel de départ pour expertiser le phénomène à partir d’un cas empiriquement représentatif.

    Si vous tapez « Nicole Dron » sur votre moteur de recherche vous verrez apparaître de nombreuses autres sources de documentation ; d’abord ses deux ouvrages récemment publiés : 45 Secondes D’éternité. Mes souvenirs de l’au-delà, publié chez Kymzo le 01.12.2009 et Dis Mammie, Comment On Vit Quand On Est Mouru ? chez le même éditeur daté du 01.12.2016.

    Vous disposez en outre de vidéos où cette femme témoigne sur YouTube par exemple en date des 19 février 2018, 19 juillet 2018 et sur LGC TV le 16 novembre 2018 pour ne prendre que les plus récentes, sans omettre les conférences où elle se produit régulièrement en régions, invitée par des associations culturelles s’intéressant au sujet. On se trouve donc devant une personne entraînée à rendre compte avec honnêteté, sincérité, compétence de son NDE/EMI, assurément unique dans son cas comme dans bien d’autres d’ailleurs, mais l’ayant marquée au point qu’elle sut en garder une mémoire satisfaisante.

    Elle dispose également des mots permettant de couler en un récit intéressant une expérience personnelle à maints égards difficile à raconter dans le détail du fait qu’il s’agit d’une forme d’aller-retour dans un monde qui nous est habituellement invisible, opaque, fermé au point même que beaucoup doutent de son existence, de sa réalité, univers fondamentalement inconnu aussi en dépit de plusieurs millions d’années d’évolution hominienne et d’efforts imaginatifs pour arriver à se le représenter à partir d’ interactions avec des gens qui s’y trouvent présentement ou y sont allés.

    De tels échanges se sont exponentiellement multipliés ces 150 dernières années sous l’effet de trois groupes de causes au point de permettre à notre espèce sapiens sapiens d’améliorer significativement sa connaissance de l’au-delà et de ce qui l’y attend, toujours d’un point de vue de survie strictement évolutive échappant jusqu’à présent à l’emprise de nos sciences dites humaines comme au contrôle religieux qui fait mine de les ignorer ou les rejette en les déniant, disqualifiant ou diabolisant.

    Le premier de ces facteurs c’est la multiplication de par le monde des unités de réanimation qui fait qu’un nombre croissant d’individus parviennent par exemple à revenir d’un coma, à se sortir vivants d’accidents graves grâce aux services d’urgence. Le second c’est l’augmentation exponentielle également des moyens de diffusion des témoignages. Le troisième c’est notre capacité à identifier rapidement, à partir d’un échantillon phénoménal autant que testimonial ou d’une banque de données, les grandes lignes, la structure et les invariants récurrents de ce type d’interaction avec un défunt, un esprit, ou d’aller-retour dans l’au-delà par NDE/EMI.

    Si bien que face à cette nouvelle donne la philosophie contemporaine ne sait que dire, nos philosophes se transformant trop souvent en perroquets répétant inlassablement le superbe récit du soldat ER de la République de Platon qu’ils prennent à tort pour un mythe du fait de leur incapacité à le relier de manière crédible aux NDE/EMI contemporaines dont ils ignorent et la portée et le nombre ; cette niaiserie de la pensée contemporaine sur le sujet tient aux préjugés qui la minent comme au mépris qu’elle professe à l’égard du témoignage outre son ignorance de la clinique du traumatisme en général, du deuil en particulier dont le traitement a muté dans les toutes dernières décennies (1).

    La clinique contemporaine de la perte ou du deuil ne les traite plus en effet comme elle opérait autrefois lorsqu’elle tentait coûteusement d’ accoutumer le sujet à supporter comme il le pouvait sa douleur en se construisant par exemple une image intériorisée de l’objet perdu, image susceptible dans le meilleur des cas de le remplacer tel un leurre; la nouvelle clinique mondiale du deuil consiste au contraire à créer aussi économiquement que possible les conditions de brève réapparition de la personne perdue comme à interagir positivement avec elle, réapparition résiliente. L’ancienne clinique fabriquait de toute pièce l’image de l’objet perdu sans qu’on puisse interagir avec lui. La nouvelle permet de le faire revenir pour ainsi dire en 3D, vivant, mais autrement qu’auparavant.

    La plupart de nos penseurs contemporains sont à cet égard profondément ignorants du phénomène, méconnaissant l’avancée des sciences humaines en matière de prise en charge de ce type de population traumatisée, en souffrance ; ils n’ont que trop tendance à délaisser par ailleurs l’expérience humaine, lui préférant de loin les ou leurs idées concernant ce que nous désignons par « réalité intérieure humaine», à savoir nos éprouvés effectifs, indéniables, récurrents, dotés de stabilités comme de sens possible, assez souvent relativement indicibles par nature même du fait qu’ils sont personnels et dès lors peu facilement partageables. Ils les assimilent souvent à des impressions fluctuantes n’ayant pas plus de valeurs que celles d’une personne psychologiquement perturbée tandis qu’à bien les examiner elles constituent le cœur même de notre statut d’être humain, vivant et sensible. Enfin ils sont remplis de croyances auto-limitantes outre le fait que l’expérience clinique leur est discipline étrangère, pratiquement inconnue.

    Nicole Dron, le témoin

    Cette personne naît en 1941 et fait une NDE en 1968, à l’âge de 27 ans, 3 semaines après avoir accouché de son second enfant, dans le cadre d’une intervention d’urgence pour hystérectomie et forte hémorragie provoquant une chute de tension à 2/3 associée à un arrêt cardiaque de 45 secondes et à un EEG plat.

    Dans ces conditions éprouvantes, habituellement les sujets perdent toute conscience de ce qui leur arrive et ne gardent aucun souvenir particulier de ce qui se passe pendant leur coma, l’anesthésie générale, l’intervention d’urgence elle-même. Toutes ces séquences sont très généralement associées à un état de profonde obscurité comme de silence cérébral absolu.

    Si ces constatations sont vraies pour plus de 85 % de la population, c’est-à-dire la grande majorité des gens, force nous est toutefois de constater qu’un peu moins de 15 % échappe à cette éclipse compréhensible de la conscience ; contre toute vraisemblance et toute attente une faible partie de ce pourcentage va finir par témoigner d’une vie intérieure incomparable autant qu’en grande partie indicible et ramener à leur sortie de coma d’incroyables récits parfaitement analogues à celui du fameux soldat Er revenu de la mort et que nous rapporte Platon à la fin de La République. Encore une fois, au risque d’inlassablement nous répéter, ce célèbre récit platonicien n’est en rien mythique comme le croient naïvement nos universitaires et commentateurs, spécialistes de Platon ou de ce type de littérature, puisque des millions de personnes actuellement nous disent la même chose à peu de choses près!

    Pour vous en convaincre partez vite faire un tour sur le site www.nderf.org qui collecte depuis près de 15 ans ce genre de témoignages en provenance du monde entier, de toutes les unités de réanimation quadrillant notre globe. Vous découvrirez alors non sans un certain étonnement que des millions de clones du soldats Er… vivent parmi nous, à la barbe et sous le nez de nos philosophes et plus grands penseurs, étrangement frappés de cécité sur cette question de l’au-delà et des voyages qu’on peut y faire via NDE/EMI! Entre idées et faits, entre concepts et expériences phénoménales ils ont opté pour les premières comme si un équilibre parfait n’était à inventer entre les deux aussi nécessaires que nos deux mains.

    Dans notre courrier d’avril nous débuterons l’analyse du récit de Nicole Dron racontant avec talent, par le menu, son aller-retour dans l’au-delà tout comme le fit en son temps le glorieux Er, laissé pour mort au combat et qu’on doit au génie sur ce point profondément incompris de Platon.

    Notes et bibliographies

    (1) Comme en témoignent de récentes parutions en provenance de cliniciens expérimentés, les penseurs contemporains défaillants tristement sur ce point, incapables qu’ils sont d’honorer le témoignage humain.

Elie Sorlin        


      Ce texte vous a interpellé, vous souhaitez de plus amples informations, laissez un message cliquer ici.     


[Découvrir] [Actualités] [Courrier] [Glossaire] [Bibliographie] [Liens] [Contact]

aniwhite02_back.gif   Page d'accueil

 www.menetic-site.net - contact@menetic-site.net

Début de page   aniwhite02_up.gif