sansnom2_htm_smartbutton2.gifsansnom2_htm_smartbutton3.gifsansnom2_htm_smartbutton9.gifsansnom2_htm_smartbutton9.gifsansnom2_htm_smartbutton5.gifsansnom2_htm_smartbutton6.gifsansnom2_htm_smartbutton7.gif


        button7.gif         Lettre 187, Octobre 2019 : Merveilleux et grands récits


    Résumé de la lettre 187

    L’homme moderne confondant prodigieux, miraculeux et merveilleux, n’accordant habituellement aucune confiance dans le réalisme des récits tels ceux du Nouveau Testament, il importe de valider ce dernier en le mettant en relation avec les phénomènes prodigieux tant objectifs que subjectifs du mysticisme chrétien ; on constate qu’il n’y a pas de discontinuité repérable entre les deux univers mentionnant maintes anomalies. Enfin il ne nous reste plus qu’à mettre en relation NDE/EMI avec ces univers, ce que s’efforceront de réaliser nos lettres prochaines en recourant notamment au témoignage récent et circonstancié de Frédéric R.., de formation universitaire.


    Il importe ici d’éclaircir la notion de merveilleux, un grand nombre de personnes confondant fiction et merveilleux, les prenant indifféremment l’un pour l’autre. Nous n’userons donc plus de cet adjectif que pour qualifier le prodigieux fictif ou imaginaire, inventé de toute pièce pour divertir, comme font contes et romans par exemple, pour leurrer délibérément ou encore pour illustrer poétiquement maints récits légendaires, mythologiques ou épiques.

    Dans le cadre du grand récit judéo-chrétien qu’est la bible il convient de distinguer d’emblée ce qu’on appelle l’Ancien Testament du nouveau. Le premier s’est lentement constitué sur plusieurs siècles et fût rédigé par une multitude d’acteurs ; il comporte maints récits aux allures légendaires tel celui bien connu du « déluge » ; l’épopée grandiose de la traversée prodigieuse de la mer rouge par le peuple juif naissant parvenant effectivement et contre toute attente à s’affranchir de la tutelle égyptienne peut également être comprise comme une histoire légendaire imaginée pour magnifier l’œuvre salvifique, libératrice et puissante de Dieu qui les protégeait alors. Le fait historique c’est cette improbable libération sans lutte armée historiquement repérable, imputable à Dieu du fait qu’on ne sait comment l’expliquer autrement.

    Dans ce qu’on appelle le Nouveau Testament, le prodigieux y fonctionne différemment; les miracles qui s’y trouvent mentionnés ne relèvent pas de la fiction, du conte, de la légende ou de la mythologie ; on ne saurait à leur sujet employer le mot « merveilleux » sans se tromper sur la réalité à laquelle ils renvoient et à laquelle ils cherchent à nous faire accéder; leurs rédacteurs ont un rapport à cette dernière bien supérieur à celui de nombre de nos penseurs modernes, sceptiques incapables d’admettre la moindre transgression aux lois de la nature qu’ils considèrent intangibles.

    Vous penserez peut-être: « Mais comment savoir si ces lointains rédacteurs parlent vrai ? ». L’une des nombreuses manières de répondre à cette question vitale, existentielle consiste à se référer aux phénomènes prodigieux objectifs n’ayant cessé de se produire dans les deux millénaires qui nous séparent de la rédaction de ces récits .

    Consultez à ce sujet l’œuvre monumentale de l’historien Joachim Bouflet : Encyclopédie des phénomènes extraordinaires dans la vie mystique. Tome 1 : Phénomènes objectifs et Tome 2 : Phénomènes subjectifs.

Elie Sorlin        


      Ce texte vous a interpellé, vous souhaitez de plus amples informations, laissez un message cliquer ici.     


[Découvrir] [Actualités] [Courrier] [Glossaire] [Bibliographie] [Liens] [Contact]

aniwhite02_back.gif   Page d'accueil

 www.menetic-site.net - contact@menetic-site.net

Début de page   aniwhite02_up.gif