sansnom2_htm_smartbutton2.gifsansnom2_htm_smartbutton3.gifsansnom2_htm_smartbutton9.gifsansnom2_htm_smartbutton9.gifsansnom2_htm_smartbutton5.gifsansnom2_htm_smartbutton6.gifsansnom2_htm_smartbutton7.gif


        button7.gif         Lettre 188, Novembre 2019 : Récit de NDE circonstancié, récent


    Résumé de la lettre 188

    Elle est tout entière dédiée à la présentation d’un récit de NDE vécue par un jeune universitaire profondément affecté par l’échec réitéré de sa candidature à un poste de professeur titulaire. Hors de tout raisonnement il fait l’expérience intense et viscérale d’une lumière incommensurable s’imposant à lui comme étant Dieu sans la moindre ambiguïté tandis qu’il est athée ! Puis, dans cette lumière abyssale, profondément aimante et paradoxalement n’exerçant aucun jugement à son égard, sa vie lui apparaît soudain reposant sur un égoïsme concentré en discordance si grande avec la lumière dans laquelle il est plongé et qui le traverse qu’il éprouve le besoin de s’en extraire ; sur le champ il se retrouve dans notre réalité. La lettre de décembre achèvera la présentation de ce récit de NDE représentatif de ce qu’expérimentent des dizaines de milliers de personnes de par le monde.


    Nous vous avons sélectionné pour ce mois-ci une fort belle NDE, celle de Frédéric R.. Universitaire habitué à s’exprimer par écrit il va réussir à nous faire partager son expérience dans des mots rejoignant bien ce qu’il a effectivement vécu :

    « Je me trouvais dans mon appartement à Marseille, dans le salon. Il devait être 10 heures du matin environ. La matinée était claire, ensoleillée. Très investi pour obtenir un poste de titulaire à l’université, je venais d’apprendre un deuxième refus qui me plongea sans tarder dans une grande détresse psychologique, un sentiment intense de dépression comme de perte d’espoir en mon avenir.

    Je décidai alors de rédiger une sorte de testament dressant la liste des échecs de ma vie. Mais au moment de saisir papier et crayon, je fus soudainement inspiré d’écrire un poème qui me semblait « dicté » sans que pour autant j’entende la moindre voix audible. J’avais l’impression de découvrir mon propre poème en l’écrivant, comme si je ne savais pas ce que j’allais coucher ainsi sur le papier. Le poème portait sur la nostalgie de l’amour. J’éprouvais simultanément en moi une forte envie de pleurer tout en me retenant. J’eus alors plusieurs fois la pensée « Dieu t’appelle » de façon insistante comme si c’était un message personnellement adressé à moi (Toutefois je ne produisais pas consciemment cette pensée). Cela me paraissait totalement absurde puisque j’étais un athée déclaré, philosophiquement proche de Nietzsche et de la « mort de Dieu », de même qu’un lecteur assidu d’Arthur Schopenhauer et de Sigmund Freud. J’ai donc résisté à cette pensée, refusant qu’elle s’installe en moi (Je suis dans l’impossibilité de décrire correctement la chose), et j’ai tourné mon visage derrière moi me retrouvant immédiatement projeté dans un puits noir qui formait un tunnel de pierres régulières très denses et compactes.

    Quasi immédiatement j’ai senti un mouvement vertical sans que je sache s’il partait du bas vers le haut (ou l’inverse) et toutes les pierres se sont transformées en lumière. Je me suis trouvé au milieu d’une lumière d’une intensité inconcevable. A côté d’elle, le soleil regardé en pleine face, faisait figure d’une faible ampoule électrique. Cette lumière était d’une transparence totale au point que la lumière normale semblait en réalité épaisse et compacte, comparée à elle. Je savais par mon ressenti que cette lumière était Dieu sans éprouver le moindre doute (alors que j’étais athée…) de la même façon qu’on ne doute pas de l’existence du soleil lorsqu’on reçoit sur soi ses rayons. Je ne pouvais plus raisonner intellectuellement, je ne faisais que ressentir les choses. Cette lumière m’aimait d’un amour inconditionnel et ne me jugeait pas. Elle m’a rendu totalement transparent à moi-même; je voyais la vérité sur moi-même sans pouvoir me mentir. J’ai vu défiler ma vie à une vitesse inimaginable comme si on feuilletait un livre avec le pouce en quelques secondes. Je n’avais même pas le temps de m’arrêter et de méditer sur chacun des événements, mais j’avais la sensation que tout était recensé, c’était comme une suite de photos défilant sur une ligne. Cherchant à me justifier de l’amour que je recevais de la lumière, j’ai tenté de mettre en avant mes «bonnes actions» (Aides charitables diverses) et je voyais chaque fois le motif profond de mon action qui était uniquement l’orgueil et qui revenait sans cesse même dans les choses bonnes que j’avais faites.

    J’ai été alors instantanément convaincu qu’il n’y avait pas un seul atome d’amour en moi au contraire de cette lumière dans laquelle j’étais (Bien qu’elle soit à la fois en moi et en dehors de moi). Indigne à mes propres yeux, j’ai alors fait comme un pas en arrière (bien que là où je me trouvais la notion d’espace n’ait aucun sens) pour volontairement sortir de la lumière et j’ai repris conscience dans le monde réel.

    Je me suis alors mis à pleurer sur toute ma vie passée jusque là sans amour et j’ai immédiatement écrit un second poème inspiré qui décrivait mon expérience et qui parlait de l’amour de Dieu présent en chacun de nous... »

    Nous poursuivrons en lettre 189 de décembre prochain la présentation de ce témoignage particulièrement intéressant du fait des capacités de son auteur à décrire son expérience hors du commun et les effets qu’elle eût sur lui à court et plus long termes. Bien sûr, nous en profiterons pour arrimer, articuler ce récit très personnel sur le grand récit judéo-chrétien afin de les enrichir mutuellement en actualisant notamment ce dernier au bénéfice du premier qui, de ce fait, révèle la vitalité, le dynamisme puissant du judéo-christianisme contemporain.

Elie Sorlin        


      Ce texte vous a interpellé, vous souhaitez de plus amples informations, laissez un message cliquer ici.     


[Découvrir] [Actualités] [Courrier] [Glossaire] [Bibliographie] [Liens] [Contact]

aniwhite02_back.gif   Page d'accueil

 www.menetic-site.net - contact@menetic-site.net

Début de page   aniwhite02_up.gif