sansnom2_htm_smartbutton2.gifsansnom2_htm_smartbutton3.gifsansnom2_htm_smartbutton5.gifsansnom2_htm_smartbutton6.gifsansnom2_htm_smartbutton7.gifsansnom2_htm_smartbutton8.gifsansnom2_htm_smartbutton9.gif


    button7.gif   Lettre 2

    Cette seconde lettre vous propose, à travers le cas d'Amélie, une coïncidences alpha entre la maladie d'une mère et la naissance d'un premier amour chez sa fille. Nous en profiterons pour vous parler de ''L'EFFET  PARENTE''. 

      anicircle07_red.gifRappelez vous, sur FR3, samedi 29 septembre 1985, 20 h 30, une nouvelle émission ‘’ Au nom de l’amour’’ animée par Pierre Bellemare se proposant d’aider des personnes à retrouver un grand amour perdu !

      La première invitée à se présenter sur le plateau est Amélie, charmante vieille dame de 85 ans, qui narre son histoire. Elle part à Madrid en 1920 pour y parfaire son Espagnol. Elle y fait la connaissance d’un jeune étudiant madrilène qu’elle fréquente pendant 3 ans. Ils s’aiment. Il lui déclare son amour et souhaite la présenter à sa famille. Sur ces entrefaites Amélie reçoit une lettre de sa mère qui lui apprend qu’elle vient de tomber gravement malade. Amélie, quittant l’Espagne et son ami qu’elle ne reverra plus jamais, se rend aussitôt au chevet de sa mère.

      Elle demande alors à l’équipe de Pierre Bellemare de l’aider à retrouver trace de cet homme auquel elle n’avait cessé de penser. L’équipe de Pierre Bellemare mit trois mois pour la retrouver : il était devenu juriste, demeurant longtemps célibataire, se mariant peu de temps avant sa mort, survenue 17 ans plutôt.

      Apprenant cela, Amélie avoua que cela ne l’étonnait pas outre mesure, ayant été intimement avertie de sa disparition dans une file d’attente à la caisse d’un magasin où elle faisait ses courses.


      anicircle07_red.gifAnalyse ménétique :"l’EFFET PARENTE''

      D’un point de vue normal, non ménétique, il n’y à rien à en dire ! Mais du point de vue bien particulier du ménéticien, commençons par relever une COÏNCIDENCE ou CORRESPONDANCE ou SYNCRONICITE entre d’une part, la déclaration d’amour du jeune madrilène à la belle française associé à son désir de la présenter enfin à sa famille et, d’autre part, la maladie qui frappe la mère d’Amélie à ce moment précis. Sous l’angle de la ménétique, on observe que coïncident, à un certain moment et dans la famille d’Amélie, la disparition de la bonne santé de la mère avec la naissance d’un nouvel amour chez sa fille.

      Nous nous trouvons donc bien devant une ‘’coïncidence alpha’’ selon laquelle se trouvent liés deux événements familiaux marquants : un moment amoureux aisément repérable avec une maladie soudaine.  Sans affirmer que la maladie de la mère soit assurément causée par le fait que sa fille risque de se fiancer prochainement (la ménétique n’affirme jamais !), le ménéticien va faire "COMME SI" il y avait un lien caché, secret, mystérieux, énigmatique entre le symptôme maternel et le risque d’exportation de l’amour filial en direction d’un étranger à la famille (le terme étranger est ici à prendre dans son acception ‘’d’étranger à la famille’’).

      En faisant ‘’comme si’’ ces deux évènements étaient liés, la démarche ménétique fournit occasion de se mettre en quête d’un sens à donner à cette maladie maternelle de circonstance qui tombe si bien, et qui va aboutir à faire en sorte qu’Amélie renonce définitivement à cet amour si fort qui la menace et menace aussi sa mère ; si nous refusions ce ‘’comme si’’, les deux évènements n’auraient aucun lien entre eux : la maladie de la mère n’aurait rien à voir avec le risque de changement chez sa fille et réciproquement.

      Considérant ces deux évènements comme virtuellement liés, considérant encore que d’innombrables coïncidences de cette espèce animent la vie des individus et des familles, la ménétique a décidé de ‘’baptiser’’ ce genre si particulier de coïncidences alpha : ‘’effet parenté’, la maladie survenant chez la mère étant conçue comme réaction personnelle à un évènement familial interpellant, stressant, perturbateur avec le risque que sa fille ne s‘éloigne d’elle affectivement et ne la ‘’quitte’’…

      Dans la lettre n°1 (lettre de février 2002), nous avons décrit trois exemples de coïncidences alpha puisés successivement dans les familles X,Y,Z,. Il s’agit vous le savez maintenant de trois ‘’effets parenté’’ : la mort d’Elise tout comme la conception de la future Mathilde et enfin l’accident routier des Yelnick sur la route d’Epernay.

      Le mois prochain, nous irons plus avant dans la compréhension de cet étrange ’effet parenté’’ en reprenant le cas d‘Amélie ; nous le présenterons différemment pour mieux le comprendre et introduirons l’amour en bourse… avec le concept de ’’capital affectif’’.

       A vous désormais de vous entraîner à repérer ‘’l’effet parenté’’ dans votre environnement familier à propos des évènements qui le marquent.

      Développez, à partir des quelques exemples et indices que ‘’ménétic-site’’ vous fournit mensuellement, vos aptitudes à dénicher les coïncidences alpha dans l’actualité, les médias, etc… Menetic-site a été ouvert pour cela. Bonne chance !


      anicircle07_red.gifBibliographie : Elie Sorlin - Evènements familiaux et logique de destinée. Essai sur la nouvelle parenté. L’harmattan – Paris - 1993

      -         Concernant Amélie : pages 62 et 63

      -        Concernant l’effet parenté : chapitre 1- pages 13 – 20

      Le ménéticien (alias Elie Sorlin)        


      Dans la lettre numéro 3 d'avril prochain, nous poursuivrons l'exploration de ce mystérieux ''effet parenté'' en développant le concept de "capital affectif".


[Découvrir] [Actualités] [Courrier] [Glossaire] [Bibliographie] [Liens] [Contact]

aniwhite02_back.gif   Page d'accueil

 www.menetic-site.net - contact@menetic-site.net

Début de page   aniwhite02_up.gif