sansnom2_htm_smartbutton2.gifsansnom2_htm_smartbutton3.gifsansnom2_htm_smartbutton5.gifsansnom2_htm_smartbutton6.gifsansnom2_htm_smartbutton7.gifsansnom2_htm_smartbutton8.gifsansnom2_htm_smartbutton9.gif


    button7.gif   Lettre 20

      Coïncidences bêta ou du temps généalogique ou ménétique


      Les "coïncidences alpha" n'ont cessé de dévoiler leurs charmes dans le courant des 18 derniers mois du site. Nous savons désormais qu'elles concernent certains évènements familiaux insignes (alliances, naissances, décès et substituts). La chronologie leur est pour ainsi dire accessoire. Certes ils se déroulent nécessairement dans le temps familial, ils consomment du temps. Mais ce qui les caractérisent d'une certaine manière fondamentalement c'est le "fait" qu'ils soient approximativement simultanés pour l’œil averti du ménéticien qui les observe !

      Prenons par exemple un grand père qui décède au 3ème mois de grossesse de sa fille qui va bientôt le rendre grand père à nouveau. Que ce type de coïncidence non fortuite ne soit point daté précisément n'enlève rien à la relation cachée que nous établissons d'autorité entre d'une part l'arrivée prochaine d'un nouveau venu dans le groupe familial et la brutale disparition de son aïeul. Datée ou pas, la coïncidence demeure entre l'entrée et la sortie d'un membre apparenté ! Ce qui prime à nos yeux étonnés c'est l'évènementialité et non la temporalité bien qu'il soit clair que tout cela se déroule dans un temps processuel, consommant de la durée : celle - là - même du délai qui s’écoule entre l'action (l'entrée, la grossesse, la naissance prochaine) et la réaction thermodynamique : la sortie, l'éviction du grand père qui s'en va au signal convenu, comme mû par une force invisible et puissante, poussée ou invitation à faire place à l'intrus... Bref, l'effet parenté, star des coïncidences alpha, exprime à sa façon l'instantanéité, le moment, la conjoncture, le présent, la synchronie, l'actualité.

      Cela éclate ou transparaît avec la plus grande évidence lorsqu'on la compare avec une quelconque  "coÏncidence bêta". Voici une femme qui accouche à l’âge même auquel sa mère la mit au monde autrefois, 25 ans par exemple. Dans ce second type de coïncidence le temps compté, la chronologie, la datation, les âges, les écarts de temps sont des éléments essentiels, constitutifs. Supprimez-les et du même coup disparaît la "coïncidence bêta". Ce qui nous fait dire que dans les sociétés sans temps compté, sans chronologie, sans généalogie chronologisée on aura du mal à trouver des coïncidences bêta.

      On comprend dans ces conditions l'importance qu'elles revêtent aux yeux du ménéticien pour caractériser nos sociétés familiales et l'effort qu'il va déployer pour les "produire" en quantité suffisante, pour les faire apparaître de manière plus manifeste et plus fréquente puisqu'elles vont contribuer â voir AUTREMENT tout fragment généalogique.

      En d'autres termes encore le ménéticien transforme les généalogies comme autant de "machines" à produire des coïncidences bêta autant d'ailleurs que des coïncidences alpha, le prima de sa curiosité et de ses intérêts se tournant d'abord et avant tout sur les coïncidences bêta dites encore "de temps pur" pour les différencier définitivement des autres.

      Nous achèverons cette première lettre sur le temps ménétique en invitant l'internaute bienveillant à considérer que se cache sous le dehors banal d'une coïncidence bêta un monde inexploré, un continent secret, caché. C'est à sa découverte que nous venons de partir ensemble.


      La lettre 21 proposera notre premier mot de temps généalogique : le ''mène'' doté de ses divers sens principaux.

      Le ménéticien (alias Elie Sorlin)  


[Découvrir] [Actualités] [Courrier] [Glossaire] [Bibliographie] [Liens] [Contact]

aniwhite02_back.gif   Page d'accueil

 www.menetic-site.net - contact@menetic-site.net

Début de page   aniwhite02_up.gif