sansnom2_htm_smartbutton2.gifsansnom2_htm_smartbutton3.gifsansnom2_htm_smartbutton5.gifsansnom2_htm_smartbutton6.gifsansnom2_htm_smartbutton7.gifsansnom2_htm_smartbutton8.gifsansnom2_htm_smartbutton9.gif



    Sans doute seriez-vous bien embarrassé de répondre à une question concernant « l’affaire de Cergy-Pontoise » !…fait divers qui , à l’époque, défraya pourtant la chronique d’une grande partie de la presse internationale.

    Le héros involontaire en est un jeune homme de 18 ans, Franck Fontaine avec ses amis Jean-Pierre Prévost, 28 ans et Salomon N’Diaye el Mama, 25 ans. En octobre 79 les trois compères décident de s’associer pour faire les marchés en y vendant de la friperie, des meubles, de la brocante.

    Un ami leur prête un vieux break qui ne peut démarrer que si deux des membres du trio le poussent. Le lundi 26 novembre 1979 les trois amis se réveillent à 3h30 du matin, avalent un café pour s’adonner ensuite chacun à la tâche qui lui est dévolue : avant de faire les marchés de Saint-Ouen, Pontoise, Cergy, Mantes, Conflans-Sainte-Honorine, Gisors etc…il faut se préparer à y arriver de très bonne heure pour y occuper un bon emplacement. Ce jour-là ils ont décidé d’aller à Gisors qui se trouve à une soixantaine de kilomètres.

    Outre le fait que la vieil Ford Taunus rouge n’a pas de démarreur et que la faire partir demande du temps, il y a la marchandise à charger, le parasol, l’étalage etc…La nuit est glaciale et claire, sans brume ni brouillard.

    Franck Fontaine se met au volant de la guimbarde garée sur le parking voisin de l’immeuble car il est le plus léger des trois garçons, les deux autres le poussant non sans râler. Enfin elle démarre et Franck en profite pour effectuer deux ou trois tours de parking, histoire de réchauffer le moteur, avant de revenir en marche arrière garer la Ford devant l’entrée de l’immeuble, moteur au ralenti le pied sur l’accélérateur.

    Salomon et Jean-Pierre commencent à charger le break en faisant des allers retour à l’appartement situé au second quand Franck les appellent pour attirer leur attention : dans le ciel étoilé vient d’apparaître un objet lumineux ayant la forme d’un cylindre arrondi à l’avant, de couleur blanc opaque, au diamètre un peu plus grand que celui de la pleine lune. Le mystérieux objet descend lentement en direction des champs situés derrière l’immeuble. Intrigués les trois amis  se demandent s’il ne s’agit pas d’un avion qui risque de s’écraser ; mais c’est le grand silence. Alors une météorite ? Non, beaucoup trop lent !… « des martiens ?… »… « Et pourquoi pas ma sœur, raille Franck ».

    Salomon et Jean-Pierre pensent à en prendre une photo et remontent donc à l’appartement pour y chercher l’appareil tandis que Franck décide d’aller y voir de plus près avec la voiture ; Jean-Pierre jette un œil à la fenêtre pour apercevoir le break stoppé sur la route et complètement à gauche, le moteur calé. Il se dit alors qu’ils sont bons pour le pousser à nouveau et que ce ne sera pas du gâteau ! Salomon quant à lui accourt affolé : « j’ai vu un truc complètement dingue :une grosse boule de brouillard entoure la voiture. A tous les coup il va arriver quelque chose à Franck ! »

    Tandis que Jean-Pierre hausse les épaules Salomon trouve qu’on ne peut pas laisser Franck comme çà, qu’il est en danger et qu’il faut y aller. Les deux compères courent alors à la voiture qui n’est plus à gauche mais cette fois  sur le côté droit de la route et en biais. Une énorme sphère de brouillard enveloppe le véhicule dont n’émerge, visible, que l’arrière. La sphère est faite d’un brouillard très épais et d’une brillance diaphane « comme s’il avait été éclairé par de puissants phares blancs ; ses contours étaient nets, précis, bien délimités. »

    Trois ou quatre plus petites sphères se meuvent autour de la grande qu’elles intègrent rapidement. Finalement la sphère est aspirée par le cylindre qui disparaît subitement à une vitesse vertigineuse. Jean-Pierre et Salomon  demeurent pétrifiés, les jambes coupées. Revenus à eux ils s’approchent du véhicule, en ouvrent la porte pour découvrir que Franck a bel et bien disparu. Ils veulent avertir les flics, vont à la cabine mais n’ont point de monnaie ; Jean-Pierre revient vers le véhicule pour apercevoir une sphère  de la grosseur d’une balle de tennis , très lumineuse et située à hauteur de la poignée de porte, côté chauffeur « et sous ses yeux, la portière se referme toute seule en claquant ! » Puis elle disparaît tandis que la portière se réouvre d’elle-même tandis que le moteur  se met à ronfler comme si une force invisible tentait de le lancer à l’aide du démarreur pourtant grillé.

    C’est alors que les deux « rescapés » vont entrer dans une période extrêmement éprouvante puisque leur histoire va devenir en moins de deux jours un scoop mondialement connu assorti de tout ce qui est lié à ce genre d’expérience : « persécutions » policières incessantes pour leur faire avouer leur crime. Ils deviennent malgré eux des « stars » que de nombreux journalistes veulent questionner de jour comme de nuit ; la presse se déchaîne, les uns optant pour et les autres contre. Bref les malheureux  vivent un enfer difficile à imaginer.

    Et de Franck plus de nouvelles : volatilisé en un clin d’œil.

    Le point de vue du ménéticien

    Plutôt que de point de vue il conviendrait de parler de « réflexe ». Si cela se passait actuellement il est clair que les journalistes convoqueraient un psychanalyste pour lui demander son avis ou un psychiatre pour avoir une référence « scientifique », médicale, rationnelle ou rationaliste. Notre presse hexagonale n’est pas tendre pour le paranormal disqualifié d’emblée ou ridiculisé. Le fonctionnement de nos institutions n’est pas fait pour tolérer le moindre écart à ce que nous appelons la réalité ; elles sanctionnent impitoyablement tout écart à la norme qu’elles vilipendent. Le ménéticien n’adhère point à ce type de réaction idéologique, régressif même si c’est celui de la majorité bien pensante. Il se frotte les mains devant un tel scoop pour se pencher fort attentivement sur le héros tragique, involontaire, en l’occurrence sur Franck Fontaine et s’apercevoir que ce jeune homme venait d’être père !

    En d’autres termes sa disparition subite est inexorablement liée à l’apparition d’un enfant dans le groupe familial ; elle est strictement analogue à une coïncidence mort-naissance devenue bien familière pour tous les internautes fréquentant « menetic-site.net » ! Nous sommes ici en présence d’un effet parenté non point classique ou « normal » mais exceptionnel ou « transnormal », transcendant les modalités habituelles.

    Lorsque nous suspectons ici un « effet parenté » d’une nature exceptionnelle nous ne tentons point de disqualifier le phénomène « ufologique » ; nous ne savons pas si Franck Fontaine qui réapparaîtra 8 jours après comme il était parti, en ignorant totalement ce qui s’était entre temps passé fût ou non effectivement enlevé ou contacté par des extra-terrestres. Très modestement  nous considérons les faits, les témoignages comme autant de signature d’un événement hors du commun survenus à trois jeunes gens qui n’en demandaient pas tant. A supposer même qu’une supercherie fût un jour clairement établie, scientifiquement prouvée par des chercheurs indépendants et neutres, cette supercherie demeurerait aux yeux du ménéticien un « effet parenté » d’intensité trois sur notre échelle !

    Nous ne saurions trop conseiller aux lecteurs curieux de lire l’ouvrage fort bien écrit et documenté de Jimmy Guieu « Contacts ovni à Cergy-Pontoise » publié par France Loisirs et dans lequel nous nous sommes permis de puiser abondamment pour réaliser cette lettre. Nous rendons hommage à cet auteur qui réalisa sa propre enquête de manière empirique mais sérieuse, en cherchant à respecter les héros de cette aventure brève mais aussi hors du commun, ce que ne savent faire trop souvent nos médias.

       Le ménéticien (alias Elie Sorlin)    


      Ce texte vous a interpellé, vous souhaitez de plus amples informations, laissez un message cliquer ici.     


[Découvrir] [Actualités] [Courrier] [Glossaire] [Bibliographie] [Liens] [Contact]

aniwhite02_back.gif   Page d'accueil

 www.menetic-site.net - contact@menetic-site.net

Début de page   aniwhite02_up.gif