sansnom2_htm_smartbutton2.gifsansnom2_htm_smartbutton3.gifsansnom2_htm_smartbutton5.gifsansnom2_htm_smartbutton6.gifsansnom2_htm_smartbutton7.gifsansnom2_htm_smartbutton8.gifsansnom2_htm_smartbutton9.gif


    button7.gif   Lettre 60 : A propos d’un livre sur le temps généalogique…


    Ce texte devrait se trouver dans la rubrique courrier, cependant nous le publions comme lettre 60

    Courrier reçu d’Elodie X. de Béthemont…

      « Bonjour cher Monsieur Sorlin ! Je vous adresse ce courrier pour vous signaler un oubli regrettable dans votre précédente lettre concernant un livre paru assez récemment, en 2002 je crois, chez l’éditeur Dervy, livre écrit par deux psychogénéalogistes plutôt connues : Elisabeth Horowitz et Pascale Reynaud, traitant justement du temps généalogique : « Se libérer du temps généalogique. Comment déprogrammer son destin par la Psychogénéalogie ». Peut-être convient-il de réparer cet oubli en nous en fournissant un petit commentaire aussi élogieux que possible ! En toute amitié internautique : Elodie »

    Réponse d’Elie Sorlin : Elisabeth Horowitz et l’ancêtre-guide !

      « Vous me donnez occasion, chère Elodie, d’effectivement réparer une injustice concernant cet ouvrage, le premier du genre à paraître sur le temps généalogique, à oser le placer en première de couverture comme à lui faire l’honneur de le considérer un peu comme une sorte d’ennemi personnel numéro un ! Les deux auteurs sont bel et bien les premières à honorer ainsi le temps généalogique en le transformant en un redoutable adversaire dont il convient à tout prix de neutraliser les méfaits.

      A la lecture attentive de leur livre stimulant on sent bien sûr qu’elles ne l’aiment guère, le considérant - c’est très compréhensible d’ailleurs - comme un ennemi installé dans la place, une force hostile, maléfique.

      Sans doute le craignent-elles puisqu’il n’apparaît effectivement dans l’ouvrage lui-même qu’au chapitre fatidique…XIII, à la page 181 ! mais cependant pas au point d’éviter courageusement de l’affronter, d’abord en s’associant (elles sont bien deux à écrire ce livre…écrit à quatre mains ! ) puis en convoquant la figure rassurante et tutélaire de ce qu’elles appellent « l’ancêtre-guide ».

      La découverte, l’identification de cet ancêtre dans sa propre généalogie peut servir à guérir des blessures du passé comme à guider le cours de notre destinée.

      Elisabeth Horowitz et son associée de conjoncture, Pascale Reynaud sont donc les premières à prendre à bras le corps la question de ce temps méconnu que leur propre pratique clinique de thérapeute leur fait rencontrer quasi quotidiennement.

      C’est une manière comme une autre d’honorer ce nouveau temps social, temps personnel, temps familial, temps humain. Quelle différence d’attitude à l’égard du temps généalogique quand on parcourt le best-seller de la psychodramatiste Anne-Ancelin Schuztenberger « Aïe mes aïeux ! » édité quelques vingt ans plus tôt et que l’on doit considérer comme l’un des livres fondateurs d’une psychogénéalogie à la française .

      Même dans sa cinquième et dernière édition datant de 2006, revue et complétée s’il vous plaît, on ne trouve pratiquement pas le moindre traître mot du temps en général, à fortiori du temps généalogique.

      Ce  livre riche et passionnant à maints égards demeure donc muet comme une carpe sur notre nouveau temps, son auteur faisant mine de l’ignorer, économisant ainsi probablement une confrontation musclée, un combat rude et difficile contre lui !

      Dans les très nombreux cas qu’il présente le temps généalogique y crie à tue tête, sans toutefois parvenir à se faire entendre ; pas le moindre signe de reconnaissance à son égard ! Heureusement pour lui nos deux femmes thérapeutes répareront cette manière d’outrage aux alentours de l’an 2000 !

      Voilà, chère Elodie, j’ai, grâce à vous, fait tout mon possible pour réparer mon propre oubli ; j’ai rendu hommage au livre dont vous me parliez dont je ne doute point du plus franc des succès auprès d’un nombreux lectorat…Les supporters du temps généalogique sont en trop petit nombre pour qu’ils ne se renvoient pas la balle. Ils se doivent justice …fraternelle les uns envers les autres, formant une manière de tribu virtuelle qu’on pourrait appeler non sans un brin d’humour un peu lourd : « club du TG…..v (Club virtuel du temps généalogique)! ». En lettre 61 nous vous entretiendrons de « l’inceste généalogique » cher à nos deux femmes auteurs, si courageuses dans leur affrontement de ce temps si motivant : à suivre donc la saga du TG…

                                                        Le ménéticien (alias Elie Sorlin)  


      Ce texte vous a interpellé, vous souhaitez de plus amples informations, laissez un message cliquer ici.     


[Découvrir] [Actualités] [Courrier] [Glossaire] [Bibliographie] [Liens] [Contact]

aniwhite02_back.gif   Page d'accueil

 www.menetic-site.net - contact@menetic-site.net

Début de page   aniwhite02_up.gif